Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 02 janvier 2017

02 janvier 1660: Carcassonne-Pouzols

La famille royale quitte Carcassonne et va coucher à Pouzols

( à près de 10 lieues à l'est-nord-est de Carcassonne)

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/78/Nanteuil1.jpg

 

Le 2 janvier 1660, la reine-mère Anne d'Autriche, Louis XIV, la Grande Mademoiselle, le Cardinal Mazarin et la Cour, entre Pennautier et Béziers, firent une étape et après avoir été reçus en grandes pompes par les consuls, les dignitaires ecclésiastiques et les notabilités locales, couchèrent dans différents lieux de Pouzols.


Le Traité des Pyrénées, si important pour notre Languedoc, venait d'être signé avec l’Espagne dans l'Ile des Faisans en Gascogne et "Leurs Majestés" et la Cour se disposaient à passer quelques mois à Aix en Provence, avant le mariage prévu pour juillet, du Roi avec l'Infante Marie Thérèse d'Espagne à Saint Jean de Luz.

 

Cela paraît incroyable, et pourtant, le 2 janvier 1660 celui qu’on appelle le Roi Soleil a passé une nuit au village .

 

En voici l’explication :
La cour de France quitte le château de Fontainebleau (Versailles n’existe pas encore) en juillet 1659 pour se rendre au pays Basque où doit se dérouler le mariage du roi avec l’infante d’Espagne, Marie Thérèse d’Autriche. Mariage « politique » qui mettait fin à la guerre et fixait les frontières qu’on connaît aujourd’hui (traité des Pyrénées 7 Novembre 1659)

 
Ce voyage aura duré 13 mois….ce qui paraît surréaliste, d’autant que la cour aura parcouru 3200 km en faisant un crochet par Aix en Provence, itinéraire plutôt surprenant pour se rendre à Saint Jean de Luz !


La raison ?  

 

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2008/11/22/200811221023_w350.jpg Hubert Delpont (Historien) la donne dans son livre qui vient de paraître aux éditions de l’Albret, « Parade pour une infante » : lorsque la cour arrive à Bordeaux, tout se détraque.

 

On signale au roi qu'il n'y aura pas d'infante

 

« Que faire alors », souligne Hubert Delpont.

 

Il ne peut ni avancer ni revenir à Paris sous peine d'être la risée de l'Europe.

 

C'est alors que va démarrer un extraordinaire voyage qui va conduire la cour jusqu'à Aix-en-Provence, passant à Pouzols le 2 janvier 1660.

Louis XIV jeune par Le Brun


Le Roi Louis XIV a vingt et un an, il est accompagné de sa mère Anne d'Autriche, de Mazarin, de sa cousine la Grande Mademoiselle et de leur nombreuse suite.

 

Nous trouvons dans le registre paroissial d'Olonzac, régulièrement tenu depuis l'année 1617, la mention suivante

"Sera mémoire à la postérité que le Roi Louis quatorzième du nom, Roi de France, est passé au lieu d'Homps le vendredi second du mois de janvier mille six-cent-soixante environ les trois heures du soir pour aller coucher à Pouzols. Monsieur d'Anjou son frère, Madame sa mère et Mademoiselle d'Orléans étaient avec lui dans son carrosse"


Le Baron De Fournas écrit dans un opuscule sur l’Histoire de Pouzols :

« Mademoiselle, le Cardinal Mazarin et la Cour, entre Pennautier et Béziers, firent une étape et, après avoir été reçus en grandes pompes par les consuls, les dignitaires ecclésiastiques et les notabilités locales, couchèrent dans différents lieux de Pouzols »


Ces différents lieux, hélas ne nous sont pas connus…

 

Le château actuel datant de 1786…il ne reste plus que des hypothèses bien fragiles : Relais de Poste, Auberge, Maison bourgeoise…

Ancien relais de poste en bordure de la D5

 

oui, mais autre problème, et de taille ! 

 

On sait que le déplacement de la cour représentait 15 000 personnes et

10 000 chevaux !

 

Tout ce monde n’a pas pu faire étape à Pouzols.

 

Réponse d’Hubert Delpont :

« En général les gens de la cour résidaient dans un rayon de vingt kilomètres autour du lieu de l’étape. Tous d’ailleurs ne passaient pas au même moment Certains arrivaient la veille pour préparer les lieux et d’autres après le passage du Roi pour récupérer du matériel ( ?)…un peu comme pour le Tour de France »

 
Il s’agit bien d’une « parade pour une infante », elle aura été la plus longue de l’histoire de la Monarchie et elle se conclura, écrit H.Delpont, en juin 1560 sur la Bidassoa non sans encore des faits surréalistes puisque l'infante s'est mariée deux fois.

 

http://www.vacances-location.net/locations-vacances/map-town/guipuzcoa/fontarrabie.png

La première à Fontarrabie mais sans le marié qui avait envoyé un représentant sur procuration, la seconde à Saint-Jean-de-Luz avec, cette fois, le roi en personne, enfin rendu à bon port.

00:00 Publié dans 1660, Carcassonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 01 janvier 2017

1er janvier 1660: Le Roi à Carcassonne

A Carcassonne

http://f.de.stordeur.free.fr/2E_97_257.jpg

 

Le Roi va faire ses dévotions aux grands Augustins et touche ensuite les malades en la manière accoutumée

 

L'après-midi, il assiste aux vêpres et entend le sermon en l'église des Jésuites

 

Chénier, un collège royal

Robert Amouroux, pour terminer sa carrière d'enseignant, vient d'accéder au poste de principal du collège André-Chénier à Carcassonne.

 

Amateur d'Histoire de France, il a, au fil de ses recherches, appris avec surprise que dans cette demeure de style Louis-XIV, le célèbre Roi- Soleil fit un séjour au XVIIe siècle alors qu'il se rendait au Pays basque pour y épouser l'infante Marie-Thérèse.

 

L'hôtel de Roux d'Alzonne, c'est le nom de cette imposante bâtisse, a donc une vénérable histoire.

 

Courant 2000, sous la férule d'un professeur d'histoire toujours en activité, Robert Villa, de Marie-Christine Canivenq et de Claudine Gleizes, enseignants du collège, des élèves de sixième et de troisième de l'établissement, historiens en herbe, avaient rédigé l'histoire de l'hôtel de Roux d'Alzonne.

 

Un document remarquable qui, à la veille du centenaire de l'établissement, en octobre prochain, atteste, s'il se devait, d'un passé riche dans la bastide Saint- Louis.

Les juges-mages de Carcassonne

C'est au XVIe siècle qu'une puissante famille de magistrats accéda au bâtiment qui devint l'hôtel de Roux d'Alzonne.

 

Les juges-mages, c'était leurs fonctions, étaient la principale autorité judiciaire de Carcassonne et, peu à peu, la première autorité de la ville.

 

C'est de la sorte que le Roi- Soleil fait escale avec toute sa cour à l'hôtel, du 30 décembre 1659 au 2 janvier 1660, où il est accueilli par François de Roux, le juge-mage de la ville.

 

Depuis, la tradition ovale nomme à ce niveau « la chambre du Roi »

 

Paradoxalement, à ce jour nulle trace, nulle plaque, n'évoque au niveau de

« la chambre » le passage de Louis XIV.

 

Un oubli d'autant plus étonnant que le mariage de ce dernier avec l'infante Marie- Thérèse, qui suivit, mit fin définitivement aux hostilités entre la France et l'Espagne et constitua une des clauses principales du traité des Pyrénées de 1659.

Restauré dans les règles

Des réparations ponctuelles ont lieu au collège André- Chénier par l'intermédiaire du conseil général, maître d'oeuvre en la matière.

 

Ces travaux sont effectués dans le respect des normes dictées par les Bâtiments de France.

 

La visite de l'établissement, qui sera autorisée dans le cadre du centenaire du collège, permettra aux Carcassonnais de découvrir l'un des joyaux de la ville basse.

 

L'escalier magistral en pierres de taille de Carcassonne en est l'un des fleurons.

 

C'est le 22 février 1921, sur proposition au conseil municipal, que le nom d'André Chénier est donné au collège pour l'honorer.

 

André de Chénier, de son vrai nom, était un grand poète audois qui passa une partie de son enfance à Carcassonne, chez une tante paternelle.

 

Il mourut guillotiné à Paris, en 1794, alors qu'il était révolutionnaire


 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/40/Louis-xiv-lebrunl.jpg
Louis XIV
(1638-1715)

 

Visite du 30 décembre 1659
au 1er janvier 1660
chroniques de carcassonne,clovis 1er,louis 8,philippe 4 le bel

L'Hôtel Roux d'Alzonne, rue de Verdun
 

 

Louis XIV


y résida en janvier et avril 1660 quand il passa dans notre ville sur la route de  Saint-Jean de Luz pour son mariage avec l'infante Marie-Thérèse.

 
Il se recueillit devant le "Saint-Suaire" de Carcassonne.


Photo: Chroniques de Carcassonne

00:00 Publié dans 1660, Carcassonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 01 octobre 2016

1er octobre 1660: Le comte d'Harcourt, Henri de Lorraine

Le comte d'Harcourt, Henri de Lorraine prête serment pour sa charge de gouverneur de l'Anjou

 

Il en avait été pourvu par provisions du 10 décembre 1659

 

 

Henri de Lorraine
(Henri de Lorraine-Armagnac)

comte d'Harcourt, d'Armagnac, de Brionne et de Charny

vicomte de Marsan
Grand Ecuyer de France

 

Parents

 

Grand capitaine, il fut surnommé "Cadet la perle" par ses compagnons d'armes pour avoir mis à la mode le port d'une perle en pendant d'oreille pour les hommes.

 

Chevalier de l'ordre du Saint Esprit en 1633, il est nommé général des armées navales du roi en 1638 puis général des armées du roi en Italie en 1640.

 

 
portrait par Daniel Dumonstier en 1639

Grand écuyer de France en 1643, il devient vice roi de Catalogne en 1645 et général des armées de Guyenne en 1651.

 

Il ne prit que très momentanément le parti de la Fronde.

 

En échange de sa soumission au roi, il obtient le gouvernement de l'Anjou.

 

Il avait épousé la veuve du duc de Puylaurens.

 

Ils eurent six enfants.

 

Il meurt subitement à l'abbaye de Royaumont dont l'un de ses fils était abbé commendataire.

 

Grand-Ecuyer de France, Gouverneur d'Alsace et d'Anjou, sénéchal de Bourgogne, Vice-roi de Catalogne

00:00 Publié dans 1660, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

lundi, 18 avril 2016

18 avril 1660: Carcassonne - Castelnaudary

Captur.JPG

La famille royale quitte Carcassonne et va coucher à Castelnaudary où elle retrouve le Cardinal Mazarin arrivé le jour précédent

1505933720.JPG

00:00 Publié dans 1660, Carcassonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

mardi, 15 mars 2016

15 mars 1660: Sainte Louise de Marillac Fondatrice des filles de la Charité

 

Sainte Louise de Marillac

Luisa-marillac.jpg

 

Fondatrice des filles de la Charité (+ 1660)

 

Louise est la nièce du chancelier royal Michel de Marillac et du maréchal Louis de Marillac, arrêtés tous deux et condamnés à mort par Richelieu après la "Journée des Dupes" du 10 novembre 1630.
 
Fille naturelle d'un grand seigneur, elle est élevée par les religieuses dominicaines de Poissy.
 
En 1613, mariée à un simple bourgeois, elle devient Mademoiselle Le Gras.
Son fils Michel lui donnera beaucoup de soucis.
 
A 34 ans, elle se retrouve veuve.
 
C'est alors qu'elle rencontre saint Vincent de Paul.
 
Subjuguée par la charité contagieuse du prêtre, elle devient rapidement sa collaboratrice dans toutes ses actions charitables.
 

Santa_Luisa_de_Marillac_A.jpg

En 1633, ils fondent ensemble la "Compagnie des Filles de la Charité", appelée communément Soeurs de Saint Vincent de Paul.
 
Louise, supérieure de la nouvelle communauté, oriente les soeurs vers tous les exclus de son temps : elle crée des petites écoles pour les fillettes pauvres; elle organise l'accueil et l'éducation des enfants trouvés; elle développe la visite à domicile pour les malades pauvres; elle envoie des soeurs auprès des galériens.
 
Une passion l'habite : l'amour de l'homme créé à l'image de Dieu et racheté par le sang de son Fils unique.
 
Comme Monsieur Vincent, elle mourra à la tâche.
 
Son corps repose à Paris au 140 rue du Bac.

Depuis 1960, Sainte-Louise de Marillac est la patronne des travailleurs sociaux.
 À Paris, sainte Louise de Marillac, veuve Le Gras, qui fonda l’Institut des Filles de la Charité sous l’inspiration de saint Vincent de Paul, et forma par son exemple ses compagnes à l’aide des indigents, à l’instruction religieuse des enfants pauvres, au soin des malades, à une vie de prière constante et à la confiance dans le Seigneur, portant ainsi la fondation à une pleine perfection († 1660)



Voir aussi:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_de_Marillac
http://missel.free.fr/Sanctoral/03/15.php

 

00:00 Publié dans 1660, Religion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |