Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 01 novembre 2017

1er novembre 1661: Décès de Philippe Prosper d’Autriche

200px-Diego_Velázquez_046.jpg

Philippe Prosper d’Autriche

 

Portrait de Philippe Prosper, par Diego Velázquez

 

né à Madrid le 20 novembre 1657 

 

mort à Madrid le 1er novembre 1661

 

troisième enfant et le premier fils que Philippe IV d'Espagne a avec Marie-Anne d’Autriche.

 

Héritier du trône d'Espagne, il est prince des Asturies de sa naissance à sa mort.

 

Philippe Prosper Joseph François Dominique Ignace Antoine Bonaventure Didace Michel Louis Alphonse Isidore Raymond Victor d’Autriche, sa naissance est accueillie avec une grande joie par le royaume qui attend un prince héritier mâle depuis la mort du prince Baltasar Carlos, en 1646.

 

Philippe est immédiatement nommé prince des Asturies.

 

Le jeune prince Philippe Prosper est peint en 1659 par Diego Vélasquez.

 

Le tableau, qui reflète une profonde tendresse envers l’enfant mais montre aussi sa nature maladive, se trouve à l’heure actuelle au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

 

Les espérances placées sur le prince Philippe sont anéanties en 1661, lorsque l'enfant meurt, âgé de 4 ans, à quelques jours de la naissance de son frère cadet le prince Charles, futur Charles II.

 

philipvonhabsburg.jpg

Philippe Prosper, infant d'Espagne, par Diego Velasquez 1659
Kunsthistorisches Museum Wien et portrait par Juan Bautista Martinez del Mazo

Précédé par Philippe Prosper Suivi par
Balthazar Charles
(1629-1646)
Prince des Asturies
1657-1661
Charles d'Autriche
(1661-1665)

 

 

00:00 Publié dans 1661, Novembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

1er novembre 1661: Florent Carton, dit Dancourt

200px-Diego_Velázquez_046.jpg

Florent Carton, dit Dancourt

 

37ème sociétaire de la Comédie française

 

Avocat

 

acteur et auteur dramatique français

 

né à Fontainebleau le 1er novembre 1661 

 

mort à Courcelles-le-Roi (45) le 6 décembre 1725 en son château à l'âge de 64 ans

 

Inhumé à Courcelles-le-Roi (45) (Chapelle du château)

 

Parents

Biographie 

D’une famille noble et né d’un père qui portait le titre d’écuyer, il fut élevé avec soin. Le père de La Rue, qui fut son maître, voulut en vain l’engager dans la Société de Jésus. Dancourt se livra à l’étude du droit, se fit recevoir avocat et exerça quelque temps au Parlement de Paris.

 

Il quitte la profession d’avocat à 24 ans pour épouser1 Thérèse Le Noir de La Thorillière, fille du comédien La Thorillière. Puis, malgré les résistances de sa famille, entre avec elle, en 1685, dans la troupe de la Comédie-Française, dont il devient sociétaire jusqu’à sa retraite le 3 avril 1718. La facilité avec laquelle il s’exprimait le fit choisir pour orateur de la troupe dans les circonstances d’apparat. Sa physionomie était expressive, son jeu plein de verve; il jouait fort bien le haut comique et excellait dans l’interprétation du Misanthrope.

 

L’année même où il entra au théâtre comme acteur, Dancourt fit jouer sa première comédie, le Notaire obligeant, ou les Fonds perdus. Elle réussit et, dès lors, l’auteur produisit avec une fécondité extrême, entre 1683 et l’année de sa mort, plus de 80 comédies, dont le succès malgré la bienveillance du public à son égard, fut loin d’être toujours le même, et dont la plus célèbre est Le Chevalier à la mode, en cinq actes, en prose (1687)

 

La plupart de ses œuvres seront jouées tout au long du XVIIIe siècle. Celles qui eurent le plus de succès sont : Le Notaire obligeant, Les Bourgeoises de qualité, Les Vendanges de Suresnes, Les Vacances, Le Mari retrouvé, Les Trois Cousines, Le Galant Jardinier, La Maison de campagne, La Foire de Bezons.

 

Dancourt exploitant habilement à la scène les aventures piquantes de l’époque, la chronique scandaleuse de la ville et de la cour, plus d’un spectateur pouvait craindre de se reconnaître sur la scène. Cette préoccupation ne fut probablement pas étrangère à la fâcheuse aventure qui lui arriva un jour que le marquis de Sablé, à moitié ivre à la représentation de l’Opéra de village jouée en 1691. Comme on chantait :

En parterre il bout’ra nos prés 
Choux et poireaux seront sablés

le marquis s’imagina que Dancourt avait voulu l’offenser ; il se leva et alla le souffleter.

 

Suivant Voltaire, « ce que Regnard était à l’égard de Molière dans la haute comédie, le comédien Dancourt l’était dans la farce. »2 La plupart de ses pièces sont en prose ; le dialogue en est très vif et très enjoué ; mais l’auteur s’écarte souvent de l’objet de son œuvre, pour montrer de l’esprit et courir après un bon mot. « Par le caractère de vérité qu’il a su donner à ses personnages, dit Palissot, Dancourt peut être regardé en quelque sorte comme le Téniers de la comédie »

 

On peut dire que Dancourt a créé le genre villageois : il a su retracer avec une grande fidélité la malice et la naïveté des paysans. Il a pareillement peint d’une manière vraie les chevaliers d’industrie et les femmes d’intrigue. Son chef-d’œuvre est le Chevalier à la mode, en cinq actes, en prose (1687). Les autres pièces de Dancourt les mieux réussies sont le Mari retrouvé (1698) ; les Bourgeoises de qualité (1700) ; les Trois cousines (1700) ; le Galant jardinier (1704)

 

On cite encore : la Désolation des Joueuses (1687) ; la Folle enchère (1690) ; les Vendanges de Suresnes (1694) ; le Divertissement de Sceaux (1705) ; le Diable boiteux (1707) ; la Comédie des comédiens (1710), etc.

L’édition la plus complète des Œuvres de Dancourt est celle de 1760 (12 vol. in-12). On a publié ses Œuvres choisies (1810, 5 vol, in-18)

 

Retraité, il alla s’enfermer dans un château qu’il possédait en Berri où il acheva sa vie dans les pratiques de la dévotion, traduisant les Psaumes en vers, et composant une tragédie sacrée. Ses deux filles, Marie-Anne-Armande, dite Manon, et Marie-Anne-Michelle, dite Mimi, furent aussi comédiennes au même théâtre.

Œuvre

Jugé par certains comme un auteur de « troisième ordre », Dancourt n’en est pas moins, selon d’autres, le père du vaudeville moderne : ses comédies de mœurs sont légères et alertes, peu morales sans jamais être indécentes, pleines de verve et de naturel. Dancourt rend avec réalisme la société de son temps et met en scène les travers de l’homme, caricaturant les bourgeois vaniteux et ridicules, les ingénues fort peu innocentes, les magistrats véreux. Son univers est proche d’un Molière, même si les personnages sont différents, son langage est celui d’un Lesage en moins cru, ses soubrettes annoncent Marivaux.

Cet auteur prolixe touche aux genres les plus variés, puisqu'on trouve dans son œuvre des intermèdes, des parodies d'opéras, des divertissements de cour, des fantaisies mythologiques, des comédies en cinq actes et surtout de courtes pièces en prose, les « dancourades », écrites en langage parlé. Leur nouveauté pique la curiosité du public, car elles font allusion à l'actualité ou à la mode. La satire des mœurs y est en général superficielle, car la comédie se fait plus amorale : Dancourt montre sans condamner, si bien que sa lucidité a pu passer pour du cynisme. L’intrigue, on ne peut plus simple, est prétexte à une revue de personnages ridicules, souvent pittoresques et individualisés dans leur appartenance sociale (notaires, procureurs, commerçants, financiers, militaires, chevaliers d'industrie)

 

Ces courtes œuvres prennent parfois de grandes libertés avec la convention théâtrale en montrant leur invraisemblance même ; dans Les Vendanges de Suresnes (1659), les paysans et les vendanges disparaissent derrière les danses, les déguisements et les mascarades, comme si la comédie abandonnait son souci mimétique pour jouer un peu avec lui-même et rechercher d'autres façons de séduire le public en dévoilant les ficelles de ses mécanismes.

  1. Certaines sources disent qu'il l'a enlevée
  2. Le Siècle de Louis XIV
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 572

00:00 Publié dans 1661, Novembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

1er novembre 1661: Naissance du Grand Dauphin

 

Toussaint

 

naissance du Dauphin, à Fontainebleau

que le Roi titre ex nihilo « Monseigneur »
Couverture

 

la Reine accouche du Dauphin qui est immédiatement ondoyé par l'évêque de Rennes, Charles François de La Vieuville

 

 

Naissance du "Grand Dauphin" Louis de France dit Monseigneur
Choisy est témoin de la joie du Roi et des courtisans.
 
LOUIS
http://enviedhistoire.canalblog.com/albums/famille_de_louis_xiv/m-louis.jpgCouverture
dit "LE GRAND DAUPHIN"
dauphin de France (1er novembre 1661 - 14 avril 1711) 
 
Il est né le mardi  1er novembre 1661 au château de Fontainebleau.

Il a comme parrain le Pape http://history.wisc.edu/sommerville/351/351images/ClementIX.jpgCouverture Clément IX
et pour marraine Couverture Catherine de Bragance, reine d'Angleterre.


Lors du baptême, le parrain est représenté par Louis, duc de Vendôme et la marraine par Couverture Anne Marie Martinozzi, princesse de Conti.
 
il eut pour gouverneur le très sévère  marquis de Montausier (1635) Couverture duc de Montausier - qui servit, dit-on, de modèle à Molière pour son Misanthrope - et pour précepteur l'évêque de Condom, puis de Meaux, Portrait de Bossuet par Hyacinthe RigaudCouvertureJacques-Bénigne Bossuet, assisté de http://www.nndb.com/people/387/000103078/pierre-daniel-huet-1.jpgCouverture Pierre-Daniel Huet.

Il se marie avec Couverture Marie Anne de Bavière le 7 mars 1680 à l'évêché de Châlons en Champagne.
http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1002615.jpgCouverture

De ce mariage, naîtront trois enfants :
Louis de France (duc de Bourgogne)Couverture Louis, duc de Bourgogne Né à Versailles le 6 août 1682
 
Felipe V; Rey de España.jpgCouverture Philippe, duc d'Anjou  (Versailles, 19 décembre 1683Madrid, 9 juillet 1746), roi des Espagnes et des Indes (17001746) à la mort de Charles II d'Espagne.
Couverture Charles, duc de Berry, est un petit-fils de France né le 31 juillet 1686 et mort le 5 mai 1714.
 
Comme son père Louis XIV, le Dauphin, veuf depuis 1690, se mariera secrétement en 1695 avec http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fd/Marie_emilie_de_joly_de_choin.jpg/250px-Marie_emilie_de_joly_de_choin.jpgCouverture Marie Emilie de Joly de Choin (2 août 1670 - 1732) était l'épouse morganatique du Grand Dauphin, fils de Louis XIV.sans lui conférer le titre de Dauphine.
Bien qu'il ait lui aussi épousé sa maîtresse, le roi n'approuva pas cette union.
 
Le Dauphin se retira dans son château de Meudon où se forma la cabale de Meudon, une sorte de contre-pouvoir à la politique de Louis XIV.
 

Réputée l'une des femmes les plus laides de la Cour Marie-Émilie de Choin était dotée, selon la duchesse d'Orléans, tante du Dauphin, d'une poitrine énorme avec laquelle le prince jouait comme sur des timbales.

 

Il n'eut pas d'enfants de cette seconde union.

 

Après la mort du Dauphin, le 14 avril 1711 au château de Meudon, elle se retira, et mourut en 1732, "universellement respectée pour ses vertus privées."



 

Demeures du Dauphin

 

château de Meudon (1691-1711)

château de Choisy (1693-17111)

 

Louis de France figuré devant le siège de Philipsbourg (1688), copie d'après un original (perdu) peint par Hyacinthe Rigaud en 1697Couverture

Louis de France figuré devant le siège de Philipsbourg (1688)

copie d'après un original (perdu) peint par Hyacinthe Rigaud en 1697

 

MAISON DE 1661 AU PASSAGE AUX HOMMES EN 1668

 

 

Gouvernante des Enfants de France

Sous - gouvernantes

Nourrice

Gouvernante des nourrices

Remueuse

Premières femmes de chambre

2 Valets de chambre

2 Garçons de chambre

Portefaix

Argentier

 

 

EDUCATION DE 1668 A 1680

 Gouverneur du Dauphin de France

Couverture

        duc de Montausier                 21/09/1668-1680

 

 

2 Sous – gouverneurs

2 Gentilshommes de la manche

http://www.wga.hu/art/r/rigaud/couraill.jpgCouverturemarquis de Dangeau               1680-

 

 

Education

        Précepteur

              président Périgny                       1668-1670

              Portrait de Bossuet par Hyacinthe RigaudCouvertureMgr Bossuet, évêque de Meaux   1670-1679

 

 

Sous – précepteur

Lecteur

 

 

Chambre

Premier Valet de chambre

4 Valets de chambre

2 Huissiers

Valet de chambre – barbier

Valet de Chambre – tapissier

Portemanteau

Porte meuble

 

 

Chapelle

Chapelain

Clerc

Sommier ordinaire

 

Faculté

Premier Médecin

Chirurgien ordinaire

Chirurgien de quartier

Aide apothicaire

 

 

 

Maison – bouche

 

 

Gobelet

Chef de paneterie

Chef de l’échansonnerie

Aide

 

 

Cuisine

Ecuyer

Maître queux

Hâteur

Potager

Porteur

Chef de fourrière

Aide fourrier

 

 

 

PERSONNEL ATTACHES AU SERVICE A PARTIR DE 1680 A 1711

 Premier Gentilhomme de la Chambre et Grand Maître de la Garde Robe

       duc de Montausier                           1680-

    6 Menins

         comte de Saint – Maure            1680-1711 

        http://www.wga.hu/art/r/rigaud/couraill.jpgCouverture marquis de Dangeau                 1680

        http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/93/Marquis_d%27Antin.jpgCouverture marquis d’Antin                         1685

         de Quélus                                 1686

         comte de Caylus                       1686

 

 

Premier Valet de chambre

Moreau                                     1683-1689

 

 

Valet de Garde Robe

Courtemer                                  -1685

 

 

Aumônier de quartier

abbé de Brancas                         -1711

 

17

Couverture

 

L'après-midi

 

Le Roi se rend en la chapelle basse de la cour de l'Ovale avec la Reine-Mère pour entendre un Te Deum, l'évêque de Rodez, Harduoin de Péréfixe de Beaumont officiant, puis touche plus de 500 malades dans l'allée du petit jardin afin de répandre sur ces pauvres infortunez une partie de l'abondance de tant de faveurs que Sa Majesté reçoit d'Enhaut

 

Le Roi assite ansuite à un ballet et à diverses danses faites par les comédiens espagnols dans la cour du Milieu

00:00 Publié dans 1661, Novembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

mardi, 05 septembre 2017

05 septembre 1661

 

"Agissant sur mon ordre exprès, le sieur d'Artagnan, sous-lieutenant aux mousquetaires, arrêta à Nantes M. Fouquet; ce qui me fut une grande satisfaction

 

En même tems que cette nouvelle, j'écrivis à la Reine ma mère quel plaisir j'ai goûté de travailler moi-même aux finances"

Louis-xiv-signature

 

 

05 septembre 1661: arrestation de Fouquet sur ordre de roi

 
Anniversaire du Roi
 
23 ans
 
Le roi entend la messe aux Carmes, puis Conseil jusqu'à 11 H.
 
A Nantes, le Roi ordonne l'arrestation de Fouquet après le succès des fêtes au château de Vaux-le-Vicomte.

louisxivnaissance.jpg

 
Louis XIV retient un instant Fouquet pour qu'il sorte seul.
 
Un moment, d'Artagnan perd de vue Fouquet.
 
D'Artagnan arrête la chaise de Fouquet.
 
Fouquet est conduit dans la maison la plus proche, celle du chanoine Fourché, oncle de la première épouse de Fouquet.
 
Belle-Île, commandée par La Haye Desnoyers, se soumet sans résistance à Sézan, lieutenant des gardes, qui, à la tête d'une forte troupe, avait ordre de prendre la place forte par la force.
 
Un tel exemple ne peut qu'impressionner Retz.
 
Le jour de ses 23 ans, le Roi qui avait pu, jeune encore, constater le fort mécontentement des provinces contre la pression fiscale durant les 18 années de ministère du défunt cardinal, fait arrêter au grand jour, par Portrait de d'Artagnan par Adams Frans Van der Meulen d'Artagnan,
Nicolas Fouquet dont il supprime par la même occasion le poste de surintendant des finances.
 
Il crée une chambre de justice pour examiner les comptes des financiers.
 
Même si Fouquet servit de bouc émissaire et qu’il avait pendant presque 9 ans, par son crédit personnel immense, bien rempli sa mission de pourvoyeur d’argent immédiat, il est communément admis aujourd’hui que le surintendant, qui eut le malheur d’être le dernier représentant d’un système populairement détesté, avait fini par confondre sans scrupule sa comptabilité avec celle du Trésor.
 
Le roi avait donc besoin de montrer qui dirige le pays et d'éliminer ainsi celui dont il subissait le trop grand ascendant marqué par une fête donnée quelques jours avant l'arrestation au château de Vaux-le-Vicomte.

Après trois ans d'un procès plein d'irrégularités et influencé par le roi, Fouquet est remplacé par Colbert en 1665.

Le règne personnel du Roi-Soleil commence.

00:00 Publié dans 1661, Septembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |