Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 26 octobre 2016

représentations de France à l'étranger

représentations de France à l'étranger

Ambassadeur de France auprès du Saint-Siège (Rome)
Ambassadeur en Autriche (Viennes)
Ambassadeur à la Porte (Constantinople)
Ambassadeur en Espagne (Madrid)
Ambassadeur en Grande Bretagne (Londres)
Ambassadeur auprès du Royaume des Deux – Siciles (Naples)
Ambassadeur auprès du Royaume de Sardaigne (Turin)
Ambassadeur en Suède (Stockholm)
Ambassadeur au Portugal (Lisbonne)
Ambassadeur auprès de la République de Venise
Ambassadeur auprès des Etats Généraux des Provinces Unis
Ambassadeur auprès des Cantons Suisses (Bern)
Envoyé auprès de la République de Gênes
Envoyé auprès de l’Electeur de Bavière et auprès du Cercle de Franconie (Munich)
Ministre plénipotentiaire en Prusse (Berlin)
Ministre plénipotentiaire au Danemark (Copenhague)
Ministre plénipotentiaire en Russie (Saint–Pétersbourg)
Ministre plénipotentiaire auprès de l’Electeur de Mayence (Mayence)
Ministre plénipotentiaire auprès de l’Electeur de Trêves (Coblentz)
Ministre plénipotentiaire auprès de l’Electeur de Cologne (Bonn)
Ministre plénipotentiaire auprès de l’Electeur de Saxe (Dresde)
Ministre plénipotentiaire auprès de l’Electeur Palatin
Ministre plénipotentiaire auprès du Duc des Deux - Ponts
Ministre plénipotentiaire auprès du Landgrave de Hesse - Cassel
Ministre plénipotentiaire auprès du Duc de Wurtemberg et du cercle de Suabe
Ministre plénipotentiaire auprès des Princes et Etats du cercle de la Basse - Saxe
Ministre plénipotentiaire auprès du Duc de Parme
Ministre plénipotentiaire auprès du Grand Duc de Toscane (Florence)
Ministre plénipotentiaire auprès des Pays Bas autrichien (Bruxelles)
Ministre plénipotentiaire auprès de la Diète générale de l’Empire
Ministre plénipotentiaire auprès du Prince – Evêque de Liège
Ministre plénipotentiaire en Pologne (Varsovie)
Résident à Genève
Résident à Dantzick
Résident à Francfort sur le Mein
Chargé des affaires du Roi auprès des Ligues Grises
Chargé des affaires du Roi auprès de la République de Valais
Chargé des affaires du Roi à Bologne
Chargé des affaires du Roi à Malte
Chargé des affaires aux Etats Unis d'Amérique
Chargé des affaires à Mannheim
Chargé des affaires à Soleure
 

 
Ambassadeurs de France auprès du Saint-Siège (Rome)
1670-1687 : duc d'Estrées
1687-1689 : marquis de Lavardin
1689-1697 : S.E. le cardinal de Janson
1698-1701 : prince de Monaco
1724-1732 : S.E. le cardinal de Polignac
1748-1752 : duc de Nivernais
1753-1757 : duc de Choiseul
1757-1766 : marquis d'Aubeterre
1766-1791 : S.E. le cardinal de Bernis
1791-1792 : comte de Ségur
 

 
Ambassadeurs de la Porte (Constantinople)
1677-1685 : vicomte de Guilleragues
1724-1728 : vicomte d'Andrezel
1747-1755 : comte des Alleurs
1755-1768 : comte de Vergennes
1768-1785 : comte de Saint-Priest
1785-1792 : comte de Choiseul-Gouffier
1792 : comte de Sémonville
Ambassadeurs aux Royaumes Unis (Londres)
1665 : Henri de Bourbon, duc de Verneuil
1668-1670 : marquis de Croissy
1676-1677 : Courtin
1677-1689 : marquis de Branges
1698-1701 : duc d'Hostun
1724-1725 : duc de Broglie
1749-1755 : marquis de Mirepoix
1762-1763 : duc de Nivernais
1767-1770 : duc du Châtelet
1770-1776 : duc de Guines
1783-1787 : comte d'Adhémar de Montfalcon
1788-1791 : chevalier de La Luzerne
Ambassadeurs auprès du Royaume de Sardaigne ou Duché de Savoie (Turin)
1685-1690 : marquis d'Arcy
1697-1699 : comte de Briord
1714-1719 : marquis de Prie
1734-1743 : marquis de Seneterre
1749-1752 : marquis de La Chatharde
1753-1765 : marquis de Chauvelin
1766-1791 : baron de Choiseul
1792 : marquis de Sémonville
Ambassadeurs de Suède (Stocklom)
1665-1671 : marquis de Pomponne
1671-1672 : Courtin
1672-1682 : de Feuquières
1691-1692 : marquis de Béthune
1692-1698 : comte d'Avaux
1698-1701 : comte de Neuvy sur Loire
1713-1715 : marquis de Croissy
1737-1741 : comte de Saint-Séverin
1763-1770 : baron de Breteuil
1771-1774 : comte de Vergennes
Ambassadeurs auprès de la République de Venise
1643-1651 : comte d'Argenson
1651-1655 : marquis d'Argenson
1659-1660 : Mgr de La Feuillade, archevêque d'Embrun
1662-1665 : Mgr de Bonzy, évêque de Béziers
1672-1674 : comte d'Avaux
1682-1684 : de Gournay
1684-1701 : de la Haye
1701-1704 : de Charmont-Hennequin
1704-1711 : abbé de Pomponne
1723-1731 : comte de Gergy
1751-1752 : baron d'Uchon de Chavigny
1752-1759 : abbé de Bernis
1766-1770 : marquis de Paulmy d'Argenson
1779-1785 : marquis de Vergennes
Ambassadeurs auprès de Cantons Suisses (Bern)
1684-1688 : Tambonneau
1688-1698 : de Gournay
1698-1708 : marquis de Puysieulx
1738-1749 : Barberie de Courteilles
1748-1751 : marquis de Paulmy d'Argenson
1751-1752 : comte de Toulonjon
1786-1789 : marquis de Vergennes
1791-1792 : de Barthélemy
Ambassadeurs en Autriche (Vienne)
1697-1701 : duc de Villars
1724-1729 : duc de Richelieu
1737-1739 : duc de Mirepoix
1757-1758 : duc de Choiseul
1758-1761 : duc de Praslin
1761-1766 : comte de Cirey
1766-1771 : duc de Durfort
1771-1774 : S.E. le cardinal de Rohan-Guémenée
1775-1783 : baron de Breteuil
1789-1792 : marquis de Noailles
Ambassadeurs en Espagne (Madrid)
1661-1665 : Mgr de La Feuillade, archevêque d'Embrun
1665-1670 : marquis de Bellefonds
1685-1688 : marquis de Feuquières
1696-1700 : duc d'Harcourt
1704-1705 : duc de Gramont
1705-1709 : Amelot de Gournay
1714-1718 : duc de Saint-Aignan
1718-1721 : marquis de Nancré
1721-1722 : duc de Saint-Simon
1740-1749 : Mgr de Vauréal, évêque de Rennes
1752-1757 : duc de Duras
1757-1759 : marquis d'Aubeterre
1777-1784 : comte de Montmorin Saint-Hérem
1784-1789 : duc de La Vauguyon
Ambassadeurs auprès du Royaume des Deux-Siciles (Naples)
1735-1739 : marquis de Puyzieulx
1740-1750 : marquis de L'Hôpital
1751-1759 : marquis d'Ossun
1766-1770 : duc de Praslin
1770-1775 : baron de Breteuil
1785-1792 : baron de Talleyrand
30/04 au 10/08/1792 : baron de Mackau
Ambassadeurs au Portugal (Lisbonne)
1644-1645 : marquis de Rouillac
1655-1657 : chevalier de Jant
1659-1665 : chevalier de Jant
1659-1671 : marquis de Saint-Romain
1671-1675 : d'Aubeville
1675-1681 : de Guénégaud
1681-1682 : marquis d'Oppède
1683-1685 : marquis de Saint-Romain
1685-1688 : Amelot
1688-1691 : vidame d'Esneval
1692-1697 : abbé d'Estrées
1697-1701 : président de Rouillé
1703-1713 : marquis de Châteauneuf
1713-1720 : abbé de Mornay
1724-1725 : abbé de Livry
1737-1739 : marquis d'Argenson
1740-1749 : chevalier de Chavigny
1752-1756 : comte de Baschi
1759-1760 : comte de Merle
1761-1762 : O'Dunn
1763-1768 : comte de Saint-Priest
1768-1774 : chevalier de Clermont d'Amboise
1775-1778 : marquis de Blosset
1780-1785 : O'Dunn
1786-1788 : marquis de Bombelles
1791-1792 : comte de Chalon de Maisonnoble
Ambassadeurs auprès des Etats Généraux des Provinces Unis
1662-1667 : comte d'Estrades
1676-1678 : comte d'Estrades
1678-1688 : comte d'Avaux
1697-1699 : marquis de Bonrepaux
1699-1700 : comte d'Avaux
17001-1701 : comte de Briord
1718-1721 : Fleuriau de Morville
1749-1751 : marquis de Barberie de Saint-Contest
1752-1762 : comte d'Affry
1765-1768 : comte d'Adhémar de Montfalcon
1770-1784 : duc de La Vauguyon
1784-1787 : marquis de Vérac
1787-1789 : comte de Saint-Priest
1791-1792 : comte de Gouvernet
1792 : Bonnecarère
1792 : de Maulde

 

 
Envoyés auprès de la République de Gênes
1682-1684 : Pidou de Saint-Olon
1751-1753 : marquis de Chauvelin
1791-1792 : marquis de Sémonville
Envoyés auprès de l'Electeur de Bavière et auprès du Cercle de Franconie (Munich)
1674-1675 : marquis de Béthune
1748-17510 : de Baschi
 

 
Ministres plénipotentiaires en Prusse (Berlin)
1755-1756 : duc de Nivernais
1768-1769 : comte de Guines
1792 : marquis de Custine
1792 : comte de Ségur
Ministres plénipotentiaires au Danemark (Copenhague)
1685-1688 : comte de Cheverny
1692-1697 : marquis de Bonrepaux
1698-1702 : comte de Chamilly
1726-1728 : chevalier de Camilly
1755-1756 : d'Ogier
1774-1779 : marquis de Vérac
Ministres plénipotentiaires en Russie (Saint-Pétersbourg)
1756-1761 : duc de Nivernais
1761-1770 : baron de Breteuil
1780-1783 : marquis de Vérac
1784-1789 : comted e Ségur
1789-1790 : Bigot de Saint-Croix
1790-1791 : marquis d'Osmond
Ministres plénipotentiaires en Pologne (Varsovie)
1674-1689 : Mgr de Janson, évêque de Marseilles
1690-1691 : marquis de Béthune
1693-1698 : abbé de Polignac
1713-1721 : de Besenval
1729-1734 : marquis de Montin
1744-1745 : comte de Séverin
1745-1751 : marquis des Issarts
1754-1758 : comte de Broglie
1759-1765 : marquis de Paulmy d'Argenson
Ministres plénipotentiaires auprès de l'Electeur de Cologne (Bonn)
1784-1792 : comte de Maulévrier Colbert
 

 
Chargés des affaires aux Etats Unis d'Amérique
178-1787 : Gérard
1787-1788 : comte de Moustiers
Chargés des affaires à Soleure
1789-1791 : marquis de Vérac
Chargés des affaires à Mannheim
1763-1777 : O'Dunn

00:00 Publié dans 1670, La Cour, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

vendredi, 14 octobre 2016

14 octobre 1670 : Première du Bourgeois Gentilhomme

Première du Bourgeois Gentilhomme 

 

Le roi est alors à Chambord, avec toute la Cour: comme d'autres pièces de Molière, il s'agit d'une comédie ballet, dont la musique est écrite par Lully: "C’est là un des plus heureux sujets de comédie que le ridicule des hommes ait jamais pu fournir." (Voltaire):

774445.jpg

Monsieur Jourdain : J'enrage.
Nicole : De grâce, Monsieur, je vous prie de me laisser rire. Hi, hi, hi.
Le Bourgeois gentilhomme
(gravure de Moreau le jeune)

Résumé : Le Bourgeois gentilhomme de Molière (1670)

 

M. Jourdain est un bon bourgeois enrichi qui, oubliant son origine obscure, enrage de n’être pas gentilhomme ; mais il ne désespère pas de le devenir et veut du moins s’en donner tous les airs. Il met sa gloire à se mêler à la noblesse et à imiter les grands seigneurs. Comme il est fier de sa robe de chambre d’indienne, de son haut-de-chausse de velours rouge, et de sa camisole de velours vert ! « Je me suis fait habiller comme les gens de qualité », dit-il avec complaisance. On lui dit que les gens de qualité savent la danse, la musique, l’escrime et la philosophie, et vite, il fait appeler des professeurs, qui ont tous le ridicule de leur métier. Le musicien prétend que l’ignorance de la musique est la cause de toutes les guerres « La guerre, dit-il, vient d’un défaut d’harmonie entre les hommes ; qu’ils apprennent la musique, et l’on ne verra plus de guerres. » Le danseur soutient que la danse est le premier de tous les arts. « C’est parce qu’on ne sait pas la danse, dit-il, qu’on fait des sottises, c’est-à-dire des faux pas. Apprenez la danse et vous ne ferez plus ni faux pas ni sottises. » Le maître d’armes est un ferrailleur dont tout le mérite consiste à donner et à ne point recevoir. Il se charge de tuer son adversaire par raison démonstrative, ce qui est fort du goût de M. Jourdain. « De cette façon, dit-il, on est sûr, sans avoir du cœur, de tuer son homme, et de n’être point tué. »

 

Sur ces entrefaites, arrive le philosophe, qui les trouve tous bien impertinents de vanter ainsi leurs misérables métiers de gladiateur, de chanteur et de baladin. « Rien n’est comparable à la philosophie, dit-il, c’est elle qui nous enseigne à modérer nos passions. » Le maître d’armes lui allonge quelques coups de fleuret, et le philosophe se met en colère. Après le départ de ses confrères, il demande à M. Jourdain ce qu’il doit lui enseigner, et il lui offre successivement la logique, la métaphysique, la morale, la physique. « Tout cela est trop rébarbatif, dit le bon bourgeois, il y a trop de tintamarre là-dedans, trop de brouillamini. — Que voulez-vous donc que je vous apprenne ? — Apprenez-moi l’orthographe puis vous m’enseignerez l’almanach, pour savoir quand il y a de la lune et quand il n’y en a pas. » Il y a peu de scènes aussi gaies. Celle des teneurs n’est guère moins divertissante. M. Jourdain paie les titres qu’on lui donne, et il met le comble au ridicule en avouant qu’il les paie. « Voilà pour mon gentilhomme, dit-il, voilà pour le monseigneur, et voici pour ma grandeur. Ma foi, ajoute-t-il, s’il va jusqu’à l’altesse, il aura toute la bourse. »

 

Être gentilhomme est pour M. Jourdain le comble de la félicité et il donnerait, dit-il lui-même, deux doigts de sa main pour avoir ce bonheur. Aussi est-il très flatté de l’amitié que lui porte Dorante, gentilhomme de la cour qui, connaissant le faible du bonhomme, lui soutire, à titre d’emprunts, le plus d’argent possible.

 

M. Jourdain s’est mis dans l’esprit, comme tous les grands de l’époque, de faire l’aimable auprès d’une dame de haut rang. Le comte Dorante lui conseille, pour s’attirer les faveurs de la dame, de lui envoyer un beau présent ; le bon bourgeois s’empresse de suivre cet avis, et le comte, qui doit remettre le cadeau, le remet en effet, mais comme venant de lui. C’est pour cette dame qu’il prie son maître de philosophie d’écrire un billet tendre qui ne soit ni en vers ni en prose, tellement il veut qu’il soit de bon goût ; et il découvre avec étonnement que depuis trente ans il fait de la prose sans le savoir.

 

M. Jourdain a une fille qu’il ne veut marier, cela va sans dire, qu’à un homme de bonne maison. Il refuse un jeune homme, nommé Cléonte, parce qu’il n’est pas noble. « Êtes-vous gentilhomme ? » Telle est !a première question que M. Jourdain lui adresse. Il veut que sa fille soit marquise. Pour parvenir à ses fins, le prétendant se déguise et se présente comme le fils du grand Turc qui vient demander la fille de M. Jourdain en mariage. Celui-ci, trop heureux d’une telle alliance, consent à se faire mahométan pour avoir l’honneur d’être le beau-père du fils du grand Turc. Les jeunes gens se marient, et quand le mariage est consommé, M. Jourdain s’aperçoit qu’il est puni, mais trop tard, de son sot orgueil.

 

« C’est là, dit Voltaire, un des plus heureux sujets de comédie que le ridicule des hommes ait jamais pu fournir. » Voltaire a raison, car la sottise et la vanité, ces deux compagnes inséparables si bien personnifiées dans M. Jourdain, survivent à toutes les transformations sociales. Aujourd’hui il n’y a plus ni bourgeois, ni gentilshommes, et cependant M. Jourdain est aussi vrai qu’au temps de Molière. Sa vanité a changé d’objet, mais au fond elle est restée la même. Et c’est précisément parce que nous le connaissons tous, que le Bourgeois gentilhomme est l’une des pièces qui est encore la plus goûtée et la plus applaudie du répertoire de Molière.

 

Les critiques les plus compétents sont unanimes à reconnaître la verve et la puissante originalité des trois premiers actes.

 

 

D’après Daniel Bonnefon. Les écrivains célèbres de la France, ou Histoire de la littérature française depuis l'origine de la langue jusqu'au XIXe siècle (7e éd.), 1895, Paris, Librairie Fischbacher.

 

774445.jpg

Monsieur Jourdain
« Suivez-moi, que j'aille un peu montrer mon habit par la ville. » (Acte III scène 1)

 

Molière a 47 ans, et c'est l'une de ses dernières pièces.

Il mourra trois ans plus tard, sur scène. 

Moliere.jpg

 

JBLully.JPG

Jean-Baptiste Lully

Ecouter: le Menuet (1'28)

https://www.youtube.com/watch?v=GPAogEhDp6M

 

280px-Le_Bourgeois_Gentilhomme,_Molière,_couverture.png

Le bourgeois gentilhomme, comédie-balet faite à Chambort, pour le divertissement du Roy, 1673