Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 05 septembre 2017

05 septembre 1683: Louis XIV fête ses 45 ans

 

Louis XIV fête ses 45 ans

 

La situation de la France était, à cette époque, tant à l'intérieur que vis-à-vis les puissances étrangères, prospère et brillante.

 

Les dernières années de l'administration de Colbert venaient de réparer une partie du mal qu'avaient fait au peuple l'augmentation des impôts, le malaise de l'agriculture et la stagnation du commerce, suite fatale de six ans de guerre.

 

Un cabinet animé de vues pacifiques aurait certainement arrangé à l'amiable les question litigieuses que le traité de Nimègue avait pu soulever.

 

D'un autre côté, la guerre avec l'Espagne aurait manqué de prétexte sans ce désir d'agrandissement que nourrissait toujours Louis XIV, et qui le portait à s'étendre sans cesse vers la Flandre, autant, d'ailleurs, pour faire la conquête de quelques villes, que pour inquiéter, par son voisinage, la Hollande, cette flère république de marchands enrichis, objet constant, pendant tout ce règne, de la jalousie du gouvernement français.

 

Mais le moyen de résister à ces fâcheuses tendances?

 

Colbert laissait une marine formidable, que Duquesne venait d'exercer glorieusement en bombardant Alger dont Tourville obtint bientôt la soumission ; sous la direction de Vauban , les frontières se couvraient de places fortes savamment combinées, et les finances, cet embarras ordinaire des gouvernements belliqueux, se trouvaient dans une situation relativement très satisfaisante.

 

Tandis que la véritable politique de la France eût été de se maintenir dans une ligne de modération d'autant plus honorable que le gouvernement avait précédemment donné des preuves d'une susceptibilité ombrageuse, Louis XIV céda malheureusement à ses instincts, à ceux de Louvois, et, de 1683 à 1713, la France eut à soutenir, presque sans relâche, des guerres funestes que la révocation de l'édit de Nantes, la question capitale du nouveau ministère, compliqua de troubles civils où le gouvernement lui-même fut obligé de composer avec l'insurrection.

00:00 Publié dans 1683, Septembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 09 octobre 2016

09 octobre 1683: Mariage de Louis XIV avec Françoise d'Aubigné, alias madame de Maintenon

1683
Mariage de Louis XIV et de madame de Maintenon



Dans la nuit du 9 au 10 octobre 1683, le roi Louis XIV épouse en grand secret l'ancienne gouvernante de ses bâtards.

Veuf, le roi Louis XIV, 45 ans, épouse en secret à Versailles Françoise d'Aubigné, alias madame de Maintenon. C'est elle qui avait élevé les enfants illégitimes du roi et de madame de Montespan.

samedi, 01 octobre 2016

1er octobre 1683

Le Roi fait conseillers d'Etat ordinaires le sieur Cyprien Bénard de Rézé et le sieur Gaspard de Fieubet, chnacelier de la feue Reine et donne en même temps leurs charges de conseillers d'Etat de semestre aux sieurs Henri d'Aguesseau et Antoine de Ribière (ou Ribeyred'Opme)

 

Le Roi donne aussi au comte d'Avaux Jean Antoine de Mesnes, ambassadeur extraordinaire auprès des Etats généraux des Provinces-Unies, une place de conseiller d'Etat, vacante par la mort du sieur de La Galissonnière Jacques Barrin

00:00 Publié dans 1683, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 25 septembre 2016

25 septembre 1683: Jean-Philippe Rameau

 

Attribué_à_Joseph_Aved,_Portrait_de_Jean-Philippe_Rameau_(vers_1728)_-_001.jpg


Jean-Philippe Rameau
Portrait attribué à Joseph Aved (1702-1766)
Musée des beaux-arts de Dijon

 

 

 

Dijon, 24 (25) septembre 1683 

 

† Paris 12 septembre 1764

 

compositeur, organiste, théoricien, claveciniste.

 

Son père, Jean Rameau est organiste à la collégiale Saint-Étienne, à l'abbaye Saint-Bénigne de Dijon et à Notre-Dame.

 

Il est peut-être le premier professeur de musique de Jean-Philippe.


Notre-Dame de Dijon

 

Il est scolarisé au collège des Jésuites des Godrans (aujourd'hui la bibliothèque municipale)

 

Mauvais élève, il doit quitter  le collège.

 

Après un séjour de quelques mois en Italie, il est de nouveau en France en 1701.

 

En 1702 il est maître de chapelle à la cathédrale d'Avignon, Notre-Dame des Doms.  

 

La même année il est engagé comme maître de chapelle à la cathédrale de Clermont, mais n'achève pas sa période.

 

Il est à Paris en 1706 et publie son Premier livre de clavecin dans lequel il est présenté comme organiste des Jésuites de la rue Saint-Jacques et des Pères de la Merci.

 

En 1709 il obtient l'orgue de Notre-Dame à Dijon en succession de son père.

 

En 1713-1714 il est à la tribune des Jacobins de Lyon

Les Jacobins à Lyon.

 

Il est ensuite à Montpellier.

 

Cette prériode de la vie de Rameau est mal documentée.

 

Il réapparaît à son poste de Clermont.

Cathédrale de Clermont

 

Il s'installe définitivement à Paris en 1722 / 1723.

 

Il écrit des premiers articles et publie son Traité d'harmonie.

 

Son Deuxième livre de pièces de clavecin paraît en 1724.

 

En 1726 il épouse Marie-Louise Mangot.

 

Il tient les orgues du Noviciat des Jésuites à Sainte-Croix de la Bretonnerie jusque'en 1738.

 


Le Riche de la Pouplinière
par Andrea Soldi


Madame de la Pouplinière

Son fils Claude naît en 1727, vers la même année, il est présenté au riche mécène et fermier général Le Riche de la Pouplinière. Rameau dirige son orchestre à partie de  1731 ; donne des leçons de musique à Madame de la Pouplinière et loge de 1746 à 1752 dans son hôtel particulier. Il y rencontre l'abbé Pellegrin et Voltaire qui deviennent ses premiers librettistes.

 

Le 1er octobre 1733 Hippolyte et Aricie, son premier opéra est créé à l'Académie de musique, Les Indes galantes sont données en 1735, Castor et Pollux est créé en 1737, Dardanus mais aussi Les Fêtes d'Hébé ou les Talents lyriques en 1739, Platée en 1745, Zoroastre, la même année, Louis XV le nomme Compositeur de la Musique de la Chambre.

En 1749, il donne Les Paladins en 1760

 

Il se fâche avec le pouplinière en 1753 et change de domicile.

 

Il participe à une vive polémique avec les encyclopédistes dans la «Querelle des Bouffons» et  publie en 1755 Les erreurs sur la musique dans l'Encyclopédie.

 

Il est inhumé à St-Eustache avant d'avoir pu créer Les Boréades.

 

Sa fille Marie-Louise est une religieuse visitandine, Marie-Alexandrine, épouse un certain François de Gaultier.

 

Liens

Une discographie solide et raisonnée par Jean-Claude Brenac
Un extrait du Grove sur le site Classical Music Page
Un site donnant accès à de nombreux documents «Rameau - le site»  
Rameau, la lumiére de la raison et la raison du cœur par Michel Philipot sur le site Entretemps («À Coeur Joie» - 27 décembre 1983)

00:00 Publié dans 1683, naissances, Septembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

lundi, 11 avril 2016

11 Avril 1683: Bontemps

Ce mois d'avril 1683 sonne pour Bontemps le temps de plusieurs contrats à renouveler pour tout ce qui regarde l'intendance de Versailles

 

Dans son important bureau de l'aile du gouvernement, il dresse un état des contrats en cours et un inventaire de ce qu'il reste à faire

 

Ses attributions sont bien larges...

 

Il est vrai qu'il fait la dépense particulière du roi pour Versailles, pour Marly, pour les tables que le roi y tient (...), le bois, les bougies, en un mot tout le détail, et ces détails où le roi s'est toujours plu, donnent à Bontemps une relation continuelle et directe avec lui

 

Les carpes pour la ménagerie?

 

Ce n'est pas la peine, il a déjà passé le contrat l'année passée avec le marchand de poissons parisien Nicolas Moynat, lequel s'est engagé à fournir pendant trois ans autant de carpes qui lui seront demandées

 

L'intendant tient à ce que celles-ci soient d'environ neuf à dix pouces de longueur et qu'elles soient livrées vivantes dans la boutique prête à les mettre dans la ménagerie de Versailles, moyennant quarante livres "pour chacun cent de carpes"

 

La boutique a été fabriquée sous l'ordre de Bontemps le 13 février 1682, 10 ans auparavant par le charpentier Jean

 

 

Le 11 avril, après avoir vu plusieurs candidats, il convoque à l'intendance du château Jacques Labbé en compagnie du notaire versaillais Mathurin Lamy pour le renouvellement du marché pour la cire des parquets

 

Par acte signé, le cirier "a promis et s'oblige à Monsieur Bontemps de travailler de son dit métier de cirier pour le service de Sa Majesté, en cette dite ville ou ailleurs où il lui sera ordonné, à commencer dans demain, tant et si longuement qu'il plaira à mon dit sieur Bontemps, sans discontinuation et pour ce faire ne fournira ledit Labbé que de ses prières seulement, ce présent marché ainsi fait moyennant le prix et la somme de deux cents livres pour et par chacun an

 

En outre sera ledit Labbé nourri, et logé où il plaira à mon dit sieur Bontemps, qui fera payer audit Labbé ladite somme et ice-lui Labbé pour fournir, incessamment, un certificat valable et en bonne forme du lieu où il a fait sa demeure depuis six ans"

00:00 Publié dans 1683 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |