Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 15 novembre 2016

15 novembre 1684: Inauguration de la Galerie des Glaces

328052617.jpg

 

17 portes-fenêtres sur jardin se reflètent dans les 17 panneaux composés de 357 miroirs, les plus grands que l'on sût confectionner à l'époque...

 

      

Versailles est, alors, un véritable laboratoire de ce qui se fait de mieux dans le domaine des Arts appliqués. Les techniques les plus innovantes y sont testées, et l'édification du Palais marque le triomphe simultané des Arts, de l'Industrie, de la Technique, domaines dans lesquels la France innove, progresse et gagne, comme on dit aujourd'hui.

Ou : quand une authentique politique de civilisation rejoint l'économie, la plus saine et la plus bénéfique...

L'Art est, en effet, inséparable du développement économique de la France, voulu par Louis XIV et Colbert.

     

761053193.jpg

     

Un seul exemple: l'industrie française du verre est née, en 1693, lorsque Louis Lucas de Nehou fusionne les deux manufactures royales crées par Colbert pour Versailles et sa Grande Galerie (dite précisément "des Glaces"...) et lorsqu'il rachète... le domaine de Saint Gobain !

   
Une première société avait été créée en 1665, dans le cadre du plan de relance économique de la France voulu par Louis XIV et Colbert. Confiée à des entrepreneurs privés, la société a rompu dès l'origine avec la tradition artisanale des manufactures en organisant la production de la glace selon une logique industrielle.

 

Grâce à une invention technologique décisive, le coulage du verre en table (1688), elle s'empare d'un quasi-monopole en Europe au XVIIIème siècle et prend le relais de Venise.

 

 

1198781526.JPG

 

"Nos rois ont toujours été modernes et innovants. Comment auraient-ils fait la France s'ils ne l'avaient pas été ? Qu'on se pose la question: la France serait-elle devenue la France si ses rois n'avaient pas favorisé le progrès dans les arts, dans les sciences, dans l'agriculture ou dans l'industrie ?...

 

Dans le domaine des arts, aucun roi n'aurait eu l'idée de s'installer dans les meubles de son prédécesseur. Chacun a imprimé son style à son époque et, ce faisant, tous ont favorisé la commande publique. Les monuments qu'ils nous ont légués font encore aujourd'hui la fortune des collectivités locales et de l'Etat, qu'il s'agisse de Versailles, des châteaux de la Loire ou de la Sainte-Chapelle, à Paris - sans oublier tous les "palais" où sont installés les ministères, le Parlement et bon nombre d'institutions françaises...

 

Les Capétiens ont établi les conditions du développement de notre économie. Ils ont créé le cadre propice au rayonnement culturel de la France..." 

 

(Jean d'Orléans, duc de Vendôme, Un Prince français, Pygmalion, page 241).

1211614147.jpg

 

On en saura plus sur la naissance de cette industrie française du verre en cliquant sur le lien suivant :

 

 

1731567265.jpg

http://www.jetons-monnaie.net/p/stgobain.html

 

 

 

Mais la Galerie des glaces renferme aussi un autre chef d'oeuvre que ses miroirs : le plafond de la Galerie, oeuvre magistrale de Le Brun :

 

http://www.galeriedesglaces-versailles.fr/html/11/collect... 

 

 

           

Quelques chiffres :

 

 - Surface de la galerie  : 800 mètres carrés

 - Longueur                     : 73 mètres

 - Largeur                       : 13 mètres

 - Hauteur                      : 12,5 mètres

 - Marbres                      : 1.1000 mètres carrés

 - Peintures                    : 1.000 mètres carrés

 - Glaces                        : 357

 - Portes-Fenêtres        : 17 

 

Voir notre album Racines (IV) : Versailles, le Palais-temple du soleil

 

mercredi, 26 octobre 2016

23 octobre 1684: Jardin de Versailles

Le lundi 23 octobre 1684

14448911_696704523817582_4024647684854546874_n.jpg

Au retour de la chasse, Louis XIV passe autour du canal pour voir des fontaines qu’il fait faire dans la prairie à côté de l’Ile Royale.  avec Ile Royale et bosquet du Miroir

12:13 Publié dans 1684, Octobre, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

lundi, 24 octobre 2016

24 octobre 1684 (Mardi)

Mardi 24

 

Monseigneur courut le loup et donna un grand repas au retour

 

 

Le roi alla tirer l'après-dînée

 

 

Le soir  

 

Il y eut comédie italienne et dans les entre-actes Favier, Pécourt et un Anglois dansèrent des chaconnes.

 

Le maréchal d'Humières revint à la cour; il a perdu depuis trois mois son fils unique, son gendre et son frère.

 

 

00:00 Publié dans 1684, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 16 octobre 2016

16 octobre 1684 (Lundi)

Lundi 16

 

Monseigneur courut le loup; le roi alla tirer il y eut grand jeu chez le cardinal de Bouillon. M. de Richelieu perdit 10,000 écus.

 

On apprit la mort de M. de Cordemoy, qui avoit été lecteur de monseigneur le Dauphin, il travailloit à l'histoire de France et commençoit à la faire imprimer.  

 

Le soir il y eut comédie italienne; le roi y alla; c'étoit la seule comédie qu'il eut vue depuis la mort de la reine; il trouva la comédie fort mauvaise et s'y ennuya fort. M. de Cordemoy laissoit par sa mort une seconde place vacante dans l'Académie françoise.

00:00 Publié dans 1684 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 15 octobre 2016

15 octobre 1684 (Dimanche)

Dimanche 15

 

Le roi alla tirer et fut content de la quantité de gibier qu'il trouva ici.

 

Il y eut le soir comédie italienne.

 

Après la messe le roi alla chez madame de Montespan, comme il y alloit toujours avant le voyage de Chambord. M. Amelot, ambassadeur à Venise, fut nommé à l'ambassade de Portugal d'où. M. de Saint-Romain avoit demandé à revenir.

00:00 Publié dans 1684 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |