Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 01 novembre 2017

1er novembre 1688: Fontainebleau

Lundi 1er novembre 1688

 

à Fontainebleau. 

 

Le roi fit ses dévotions et toucha les malades, et sur les trois heures, étant au sermon, il apprit par un courrier de Monseigneur que Philipsbourg étoit rendu. M. d'Antin en doit apporter la nouvelle; et c'est par lui qu'on en apprendra toutes les particularités.

 

On sait seulement que le second bataillon du régiment du roi et le régiment d'Anjou attaquèrent, le 29, l'ouvrage couronné et l'emportèrent, après quoi le gouverneur fit battre la chamade.

 

Le roia dit qu'il feroit faire un fort à l'ouvrage couronné, après quoi la place seroit difficile à prendre. 

 

Madame la Dauphine a demandé au roi si Monseigneur reviendroit bientôt. Le roi lui a répondu qu'il falloit auparavant que Monseigneur prît Manheim, mais que cela ne dureroit pas. 

 

Le P. Gaillard, qui prêchoit, et dont le sermon a été interrompu par la nouvelle, en faisant son compliment au roi, y a fait entrer les louanges de Monseigneur et la prise de Philipsbourg fort pathétiquement et fort à propos 

 

Cela a fort plu. 

 

Il n'y a eu personne de considérable tué ni blessé à la prise de l'ouvrage couronné. 

 

On n'a point eu aujourd'hui de nouvelles de Hollande. 

 

On apprend la prise de Philipsbourg par Monseigneur le jour de sa naissance et dans le lieu où il est né, petites circonstances qui n'ont pas laissé de faire plaisir. 

 

Le roi a donné au jeune Bussy une pension de 2,000 livres, et une abbaye à son frère. L'abbé Genest, qui est à M. du Maine, a eu aussi une petite abbaye; Saint-Vians, officier des gardes du corps, en a eu une aussi pour son frère; M. le contrôleur général a eu une abbaye de filles considérable dans Troyes pour sa sœur aînée.

00:00 Publié dans 1688, Novembre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

mardi, 05 septembre 2017

05 septembre 1688: Versailles

Dimanche 5 septembre 1688

 

à Versailles

 

Le roi a donné au marquis de Tilladet le gouvernement de Cognac qu'avoit M. d'Aubigné; il vaut 12,000 livres de rente. 

 

 

On a arrêté le maître d'hôtel et un valet de chambre de M. le nonce pour leur faire le même traitement qu'on fera, à Rome, à ceux de M. de Lavardin.

00:00 Publié dans 1688, Septembre, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

lundi, 24 octobre 2016

24 octobre 1688: Fontainebleau

Dimanche'24 octobre 

 

à Fontainebleau. 

 

On a appris de Philipsbourg que, la nuit du 20 au 21,le marquis d'Uxellés, lieutenant général, et le marquis d'Harcourt, maréchal de camp de jour, avoient attaqué et emporté l'ouvrage a corne.

 

Le marquis d'Uxelles y a été blessé légèrement à l'épaule.

 

Le fils de M. Courtih, conseiller d'État, qui étoitun fort joli garçon , a été dangereusement blessé de coups de pertuisane et de baïonnette; on ne croit pas qu'il en réchappe; Sandricourt, brigadier d'infanterie, a été fort blessé aussi. 

 

Dans la lettre que Monseigneur écrit au roi pour lui rendre compte de cette action, il loite tous ceux qui s'y sont distingués, e t n'oublie pas les gens les moins considérables. 

 

Le roi a donné le régiment du Bordage à M. du Maine, et en rachètera un autre pour le Bordage le fils, à qui Sa Majesté donne aussi 1,000 écusde pension. 

 

On a trouvé dans l'ouvrage à corne qu'on a pris six pièces de canon ; les cent cinquantehommes qui les défendoient ont été presque tous tués ou pris; et le comte de Hesse, qui les commandoit et étoit un des principaux et des meilleurs officiers de la place, y a été tué. 

 

Monseigneur mande au roi qu'il espère présentement que le siége ira fort vite; il prie S. M. de donner un régiment à M. de Trélon et assure qu'il en est très-digne. M. de Trélon est un seigneur flamand des nouveaux sujets du roi; il est de la maison de Mérode et a épousé la veuve du marquis de Vervins, fille du maréchal Fabert.

Il y a déjà longtemps qu'il avoit demandé au roi de lever un régiment ; on ne doute point qu'il ne l'obtienne à cette heure.

00:00 Publié dans 1688, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 16 octobre 2016

16 octobre 1688: Fontainebleau

Samedi 16, à Fontainebleau. 

 

Le roi n'a eu aujourd'hui nulle nouvelle d'Angleterre, d'Hollande, ni de Philipsbourg. 

 

Boufflers s'est rendu maître de Bacharach; la garnison du château a demandé qu'on lui tirât six coups de canon et qu'on y jetât une bombe. 

 

On a eu nouvelles que Cavelier, frère de ce la Salle, qui partit il y a quatre ans de la Rochelle pour aller dans le golfe de Mexique faire une colonie à l'embouchure de la rivière Mississipi, vers la baie du Saint-Esprit, est arrivé à la Rochelle avec son neveu et un religieux qui ont été de tout le voyage.

 

Ils rapportent qu'ils ont quitté la Salle au nord du Mexique, dans un pays abondant en toutes choses, où il est fort à son aise avec tous les gens qu'il a menés; ces trois hommes sont revenus par terre jusqu'à Québec, après une marche de plus de douze cents lieues. 

 

On a apporté à Toulon trente belles et grandes colonnes de marbre qu'on a tirées des ruines d'une magnifique ville découverte depuis quelque temps sur les côte d'Afrique, au levant de Tripoli.

00:00 Publié dans 1688 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 15 octobre 2016

15 octobre 1688: Fontainebleau

Vendredi 15, à Fontainebleau.

 

Le roi n'a point eu aujourd'hui de nouvelles de Philipsbourg. 

 

Monsieur est retourné de Paris à Fontainebleau; Madame n'a pu l'y suivre parce qu'elle a la fièvre. 

 

Le chapitre de Cologne a redemandé à l'évêque de Liége les canons qui sont dans la citadelle et le bataillon qui y est en garnison, et qui a été levé de l'argent de l'archevêché de Cologne; l'évêque de Liége s'offre déjà à rendre le canon, mais il ne veut point laisser sortir les troupes.

 

La Salle, qui étoit gouverneur de la citadelle et dont les Liégeois étoient fort contents, a demandé son congé, disant qu'il ne pouvoit plus y demeurer, se trouvant quasi resté seul des amis du cardinal de Furstemberg, à qui il étoit fort attaché, et outre cela étant né François, et croyant que le roi son maître n'étoit pas content de ce qui s'étoit passé dans l'élection du nouvel évêque.

 

Ce gouvernement lui valoit plus de 12,000 livres. 

 

M. l'électeur de Bavière avoit envoyé au roi pour lui donner part de la confirmation que le pape a donnée au prince Clément pour l'électorat de Cologne, et demandoit au roi sa protection.

 

Le roi a répondu que M. le marquis de Villars étoit de sa part à Munich, et qu'il expliquerent ses intentions à M. l'électeur.

00:00 Publié dans 1688 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |