Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 08 octobre 2016

08 octobre 1711

 
Préliminaires de paix entre la France et la Grande-Bretagne à Londres

10:35 Publié dans 1711 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 01 octobre 2016

1er octobre 1711: (Jeudi)

Jeudi 1er octobre 1711

 

Le Roi monta en carrosse à 11 heures avec M. le Dauphin, madame la Dauphine, monseigneur le duc de Berry, madame la Duchesse de Berry et Madame

 

Le Roi alla courre le cerf à Marly

 

Après la chasse on vint dîner au château

 

Après dîner

 

Le Roi se promena dans les jardins

 

Après la promenade le Roi revint à Versailles

00:00 Publié dans 1711, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

lundi, 11 avril 2016

11 avril 1711: (Samedi) Monseigneur

Samedi 11 avril 1711 


Cliquez sur le portrait pour lire Saint-Simon

 

  la petite vérole se déclare le matin

 

constate que Monseigneur possédait des yeux bleus

 


Portrait de Monseigneur

un des plus beaux portraits de Monseigneur adolescent

00:03 Publié dans 1711 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

11 avril 1711: Marly

Marly

 

 

Je suis indigne d'entendre de beaux sermons, car je ne puis m'empêcher d'y dormir

 

Le ton des prédicateurs m'endort de suite

 

A Heidelberg je n'aimais pas à aller à l'église française, car cela me semblait toute autre chose que dans l'église allemande

 

Le style de Marot me semblait plus bouffon que dévot.

 

Nous sommes ici dans le plus grand deuil, car je crois vous avoir raconté comment le pauvre monsieur le Dauphin est mort inopinément.

 

Sa maladie était horrible

 

La duchesse de Villeroi n'a parlé à Versailles qu'à son mari, qui avait été dans la chambre de monsieur le Dauphin, et son habit s'est trouvé tout infecté.

00:00 Publié dans 1711, Marly | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 10 avril 2016

10 avril 1711: (Vendredi) Monseigneur est malade

Vendredi 10 Avril 1711

Le mal de Monseigneur augmente, on redoute qu'il y ait du "mauvais air"

Louis XIV reste environ trois quarts d'heure auprès du malade, qui sombre moins dans la somnolence

Selon Dangeau
"on ne doute point qu'il n'ait la petite vérole et peut-être le pourpre"

Louis XIV renvoie tous les courtisans venus avec lui afin de faire place à ses officiers, du moins à ceux qui ont déjà eu la petite vérole, car il écarte les autres

La période d'invasion dure du 9 jusqu'au matin du 11

Elle se manifeste au premier lieu par la force des poussées de fièvre, qui peuvent en pareil cas atteindre 40°C en peu de minutes avec d'intenses frissons

il en résulte une nette augmentation des battements du coeur ou tachycardie, le pouls devenant si rapide qu'il n'est plus guère perceptible

"Toute la journée fut effrayante par l'état du pouls", notre Saint Simon pour le 9

Le témoignage de Sourches permet de saisir le caractère bien visible des symptômes fonctionnels

Dès le soir du 8, ils se révèlent intenses, surtout de manière nerveuse (maux de têtes, de reins, impression de faiblesse dans les jambes)

En revanche, les symptômes digestifs ou respiratoires font défaut

on attend des vomissements qui ne se produisent pas, ce qui empêchent les médecins de conclure, sans plus attendre, à la petite vérole

Aucun de nos témoignages ne fait état de difficultés respiratoires ni de toux

pendant ces deux journées, les signes physiques sont encore invisibles

tout au plus Sourches rapporte-t-il que le "10 au matin, on disait que les grands symptômes du mal de monseigneur étaient cessés, qu'à la vérité on lui avait vu deux boutons sur le front, mais qu'il était sujet à en avoir"

Dans la phase suivante, dite éruptive, les signes physiques deviennent en revanche très visibles

Celles-ci semble avoir commencé la nuit du 10 au 11 avril

Sourches note que la petite vérole parut le soir du 10 et qu'on "disait qu'elle sortirait bien", tandis que Dangeau assure qu'elle avait paru entre le 6 et 7 heures du matin le 11 avril

La description clinique est réduite à peu de chose: la fièvre qui ne cède point, même temporairement, et les maux de têtes qui persistent

L'éruption proprement dite n'est évoquée qu'allusivement par le seul Dangeau:
"l'après-dinée la petite vérole sortit en plus grande abondance"

Sans doute les manifestations concrètes de l'exanthème, cette intense rougeur de la peau, sont-elles assez connues de tous pour que personne n'ait eu l'idée de les décrire

indiquons-les brièvement, de manière aussi clinique que possible: tout d'abord, l'exanthème apparaît sur le front e les tempes, parfois aussi aux poignets; il est fait de mascules que séparent encore des étendues de peau saine et qui s'effacent si on appuie dessus

Le deuxième jour, tendis que l'exanthème s'étend au tronc, les mascules, en prenant corps, deviennent des papules enchâssées dans le derme

Le troisième jour, les papules apparaissent surmontées d'une vésicule, et ressemblent à autant de grains de plomb fichés dans le derme

Le début de la phase éruptive dissipe tout doute quant à la nature de la maladie: il s'agit bien de la petite vérole et en aucun cas d'une fièvre de printemps

Au moins le diagnostic est-il posé, laissant espérer qu'au bout de quelques jours de patience on entrera dans la phase de suppuration, lorsque les vésicules se transformeront en pustules bientôt entourées d'un halo inflammatoire

Certes, cet épisode est rude pour un malade de nouveau en proie à de forte fièvres, à des maux de tête et à une vive agitation; mais il annonce aussi une convalescence possible après une dizaine de jours de maladie

Pour les médecins, note Dangeau, Monseigneur se porte aussi bien qu'il peut se porter; ils n'en démordront pas jusque dans l'après-midi du 14

Ce relatif optimisme est rapporté par Madame à sa parente, la duchesse de Hanovre, dans la journée du 12:
"jusqu'ici la maladie suit bien son cours, la fièvre diminue, les pustules commencent à devenir blanches, nous espérons donc que tout ira bien"