Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 24 octobre 2016

24 octobre 1649

Le père Charles Paulin, jésuite, supérieur de la maison professe de Saint-Louis, est choisi par la Reine pour remplir les fonctions de confesseur du Roi

 

CONFESSEUR DU ROI

 

Aux grandes fêtes, et lorsque le roi fait ses dévotions, le Confesseur se trouve à l'église auprès de Sa Majesté, revêtu de surplis sur le manteau, avec le bonnet carré ; aux autres jours de l'année, il assiste, quand il lui plaît, à la messe du roi, mais sans surplis ni bonnet.

 

Il a été jusqu'au règne de Charles VIII, le premier officier ecclésiastique de la cour, après le grand aumônier ; mais depuis François ier, il n'est que le quatrième.

 

Le Confesseur est au nombre de commensaux, et en cette qualité, il a ses causes commises aux requêtes du Palais et de l'Hôtel, et est réputé présent aux bénéfices dont il est pourvu.

 

Eminence grise ou donneur d'absolution?

 

Agent des persécutions religieuses ou simplement confident, ami intime?

De Clovis à Louis XVI, quel est le rôle du confesseur du roi, cet ecclésiastique invisible et omniprésent, qui connaît les pensées les plus intimes du souverain, ses forces et ses faiblesses, ses combats intérieurs?

 

A l'époque des grands conflits religieux, une légende noire entoure les confesseurs des rois, et cette mauvaise réputation s'accroît à partir du XVIIe siècle, lorsque les jésuites monopolisent la charge: de la persécution des templiers à la destruction de Port-Royal, de la bigoterie de Henri III à la révocation de l'édit de Nantes, on croit voir planer leur ombre inquiétante.

 

En réalité, ils sont presque toujours des éléments modérateurs, ainsi le célèbre père de La Chaize qui, contrairement à l'opinion courante, s'efforça de tempérer la politique religieuse de Louis XIV.

 

n fait, la logique de la monarchie absolue aboutissait à rendre caduque la direction de conscience.

A partir de Richelieu, le confesseur ne s'occupe plus de politique; il est désormais cantonné dans les affaires de la piété royale.

Qu'il ne s'avise pas de s'élever contre les injustices sociales, qu'il n'aille pas affirmer que la guerre est opposée aux principes de l'Evangile.

Pour ainsi dire muselé, il apparaît comme un "gadget" de la dévotion royale. Mme de Montespan ne parlait-elle pas de "La Chaize de commodité"?

00:00 Publié dans 1649, Octobre | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

Les commentaires sont fermés.