Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 07 mai 2017

07 mai 1638: arrestation de Claude Seguenot

 arrestation de Claude Seguenot, auteur d’un commentaire du De virginitate de saint Augustin

260px-Sandro_Botticelli_050.jpg

00:00 Publié dans 1638, Mai | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 06 mai 2017

06 mai 1638: Vincenzo Ugolini

Vincenzo Ugolini

compositeur et chanteur Italien de la fin de la Renaissance et du début du Baroque

 (Pérouse, vers 1580Rome, le

Biographie

Vincenzo Ugolini, fils de Jean-Baptiste, a commencé sa formation musicale en tant que « puer » en 1592 à l'église de Saint-Louis-des-Français à Rome, où il a étudié avec Giovanni Bernardino Nanino.

Les documents montrent que jusqu'en juillet 1594, il travaillait toujours dans la même chapelle, mais comme chanteur contralto dans le chœur, en précisant « autrefois enfant du chœur » (« olim puer chori »), tandis que du jusqu'à la fin de 1601, il a été employé à nouveau avec le titre de basse.

En 1603, il était maître de chapelle à la basilique de Sainte-Marie-Majeure, service qu'il a quitté le en raison d'une maladie grave déjà contractée en 1606.

Cependant il a obtenu le poste de maître de chapelle à la cathédrale de Bénévent, conservant ce titre qu'en 1615, même si l'année d'avant il est revenu à Rome au service du cardinal Arrigoni.

Le , il revient à Saint-Louis-des-Français comme maître de chapelle, poste où il est resté jusqu'en 1620, quand il a accepté l'invitation pour le même poste à la Cappella Giulia et a recommandé comme son successeur à Saint-Louis-des-Français le petit-fils de Lorenzo Ratti, qui a pris officiellement ce poste le ; Ugolini a gardé son service à Saint-Pierre jusqu'en 1626.

Le , il est témoin lors de la rédaction du testament du compositeur Domenico Allegri, le frère de Gregorio.

Comme Vincenzo, les Allegri étaient tous deux des élèves de Giovanni Bernardino Nanino, et en particulier Gregorio qui était le compagnon d'Ugolini au cours de la période de formation dans la maison de leur professeur.

Le , il revient à Saint-Louis-des-Français, où il reste jusqu'à sa mort en 1638.

Il a été remplacé par son élève Orazio Benevoli.

Œuvres

Musique sacrée

  • Sacræ cantiones, lib. 1, 8vv, bc (Rome, 1614);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib. 1, 1–4vv (Venise, 1616);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.2, 1–4vv (Venise, 1617);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.3, 1–4vv (Venise, 1618);
  • Motecta sive sacræ cantiones, lib.4, 1–4vv (Rome, 1619);
  • Motecta et missæ, lib. 2, 8, 12vv, bc (Rome, 1622);
  • Psalmi ad vesperas, 8vv, bc (Venise, 1628);
  • Psalmi ad vesperas et motecta, lib. 1, 12vv, bc (Venise, 1630);
  • 2 mottetti, 2vv, bc, 16183, 16195; 2, 3vv, bc, 16213, 16251;
  • 2 inni: Veni Creator Spiritus, 4vv; Gloria Patri Domino nato, 5vv: I-Rvat C.G.XV/70;
  • 4 antifone: Illuminare his qui in tenebris, 8vv; Omnes gentes plaudite manibus, 8vv; Et tu puer propheta, 8vv; Petrus apostolus, 6vv: Rvat C.G.XV/70;
  • Litaniæ lauretanæ, 8vv, Rvat C.G.XV/70;
  • Lauda Sion Salvatorem, 6vv, Rvat C.G.XV/71;
  • Favus distillans, mottetto, 8vv, bc, Rvat C.G.XIII/25;
  • Jubilate Deo, 5vv, Rvat C.G.XV/70

Musique profane

  • Il primo libro de madrigali, 5vv (Venise, 1615);
  • Il secondo libro de madrigali, 5vv (Venise, 1615);
  • 1 madrigale, 159916 (anche in 161610)

Bibliographie

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 3 : P-Z, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-07778-4), p. 4309
  • Alberto Cametti, La scuola dei «pueri cantus» di S. Luigi dei francesi in Roma e i suoi principali allievi (1591-1623): Gregorio, Domenico e Bartolomeo Allegri, Antonio Cifra, Orazio Benevoli, Turin, Fratelli Bocca, 1915.
  • M A. Della Corte, G.M. Gatti, Dizionario di musica, Paravia, Turin, 1956.
  • Klaus Fischer, Vincenzo Ugolini, in New Grove Dictionary.
  • Jean Lionnet, La musique à Saint-Louis des Français de Rome au XVIIo siècle, in «Note d’archivio per la storia musicale», n. s., a. III, 1985, suppl.
  • Francesco Luisi, Vincenzo Ugolini, in Dizionario enciclopedico universale della musica e dei musicisti, a cura di Alberto Basso, Turin, UTET, 1983-1999, ISBN 88-02-04228-4.

 

 

00:00 Publié dans 1638, décès, Mai | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

06 mai 1682: Le roi de France Louis XlV déménage

 

6 mai 1682

Versailles, capitale du royaume

A82F3C18-A464-8430-CBA2-C2E0F358E938File.jpg

Annoncé en 1678, Versailles devient officiellement le siège du gouvernement le 6 mai 1682.

Décision qui en fait la capitale du royaume jusqu’en 1789.

Elle confirme surtout l’attachement du Roi pour Versailles au grand dam de Colbert qui le voulait à Paris.

Le chantier versaillais ne fait que commencer !

« Il aimait cette maison avec une passion démesurée », note en 1682 le marquis de Sourches à propos de Versailles. Le fait est que Louis XIV n’aime pas Paris !

Depuis son enfance, il craint cette ville qu’il dut quitter précipitamment en 1649 pour échapper à la Fronde.

Colbert a beau réaménager le Louvre et les Tuileries, le roi ne se sent bien qu’à Versailles.

Libre de toute construction − hormis le modeste village qu’il fera raser −, il peut laisser libre court à son goût des bâtiments.

L’endroit est à la mesure de ses ambitions.

Outre un vaste palais et de splendides jardins, il pourra établir une ville moderne aux grandes artères droites, larges et bien aérées.

Tout le contraire de ce Paris insalubre, confiné dans son enceinte.

Sa décision est prise: en juin 1678, il annonce son intention de transférer en 1682 le gouvernement à Versailles.

Le roi a alors 40 ans.

Il est au faîte de sa puissance: il s’apprête à signer, avec la Hollande, le traité de Nimègue.

De 1678 à 1682, Louis XIV fera bâtir plus qu’en 20 ans de présence!

Pour loger le gouvernement et sa famille, il commande à Hardouin-Mansart la construction des ailes des Ministres (1678-79) et de l’aile du Midi (1678-82), laquelle entraîne celle de l’Orangerie.

Il fait transformer la cour de Marbre et réaliser la galerie des Glaces. 1678 marque aussi le creusement de la pièce d’Eau des Suisses pour servir l’établissement d’un vaste potager à proximité confié à La Quintinie.

Les travaux se poursuivent à marche forcée: en 1679, Mansart entame la construction des Grande et Petite Ecuries.

En 1680, Le Nôtre réaménage la grande perspective des jardins avec le Tapis vert.

Pour loger la domesticité du Roi, le Grand Commun est érigé en 1682.

Louis XIV voit toujours plus grand: il décide la construction d’une nouvelle chapelle (1689-1709).

Suivront, en 1683, une nouvelle Surintendance pour ses bâtiments et, en 1685, la construction de l’aile nord pour y loger la Cour.

Plus de 36 000 ouvriers œuvrent alors au chantier versaillais.

Des sommes considérables sont engagées qui aboutissent au Versailles que nous connaissons.

Telles sont les conséquences de 1682.

 


C'est le grand jour !

Pendant tout le temps de la construction de Versailles, la cour n'a pas cessé d'aller de Saint-Germain à Vincennes ou aux Tuileries.

Les travaux ont commencé en 1661 sous la direction de Le Vau puis, après 1676, sous celle de Jules Hardouin-Mansart.

Le Brun, premier peintre du roi, assure la décoration.

Le Nôtre ordonnance les jardins.

La noblesse et les gens de la cour suivent le Roi dans ce grand déménagement.

00:00 Publié dans 1682, Mai, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

vendredi, 28 avril 2017

28 avril 1638: Gazette

Dans son "Extraordinaire" daté du 28 avril, la Gazette annonce l"heureuse nouvelle de la grossesse assurée de la Reine"

00:03 Publié dans 1638 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 22 avril 2017

22 avril 1638

La Reine ressent pour la première fois les mouvements de l'enfant