Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 21 décembre 2016

21 décembre 1681: Louis Joseph de Castellane (Carcassonne)

 

Louis-Joseph de Grignan porte

 

l'écartelé d'Adhémar, de Monteil, d'Ornano et de Grignan

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/0/09/Grignan_de_Carcassonne.jpg

Louis Joseph de Castellane

(Louis Joseph de Castellane d'Ahémar de Monteil d'Ornano de Grignan)
 

Ecclésiastique français

 

 

 Agent Général du Clergé

 

Seigneur du fief, Sainte-Cécile de Mourre (prieuré)

 

 

(Du 2 mai 1681 au février 1722)

  • Né en 1650 à Grignan (26)
  • Décédé le dimanche 1er mars 1722 à Carcassonne à l'âge de 72 ans au premier étage de l’hôtel.

 

chronologie-coll%C3%A8ge-2_html_m77c2232

ancien hôtel Roux d’Alzonne

 

L’hôtel voit défiler les consuls et tous les corps constitués de la ville qui viennent rendre un dernier hommage à l’évêque.

 

XIV° & XV°siècle :

L’hôtel est la résidence à Carcassonne des abbés de Saint-Hilaire. Une porte ogivale donnant sur la rue Jules Sauzède est le seul vestige de cette première demeure.

 

Début du XVI° siècle :

L’hôtel est la résidence des Espinouse, riche famille de marchands teinturiers. Le 8 août 1533, le roi de France, François Ier, remarque et admire en descendant la rue Mage, actuelle rue de Verdun, les tapisseries que François Espinouse avait suspendues aux fenêtres de l’hôtel.

 

chronologie-coll%C3%A8ge-2_html_m523d792

Fenêtre du XVIe s.

 

  • Inhumé le 4 mars 1722 en l' église-cathédrale Saint-Nazaire dans la Cité médiévale de Carcassonne 

Parents:

 

Louis Gaucher de Castellane, comte de Grignan, baron d'Entrecasteaux, décédé le samedi 4 août 1668, Maitre de camp du régiment d'Adhémar

  • Marié le samedi 20 mai 1628 avec Marguerite d'Ornano, décédée le dimanche 1er août 1655  à Grignan

 

 

Frères et sœurs

 

Selon Saint-Simon (Mémoires, 1722, XIX, 13), Louis-Joseph fut « le dernier des Grignan, frère du feu comte de Grignan, François Adhémar, comte de Grignan (1632-1714) , chevalier de l'ordre, lieutenant général et commandant en Provence, gendre de Mme de Sévigné »

Par ses troisièmes noces, du 27 janvier 1669, avec Françoise-Marguerite de Sévigné (1646-1705), fille de la marquise

 

Nommé à l'évêché d'Évreux dès 1680, mais n'y ayant pas été confirmé, il fut évêque de Carcassonne du 2 mai 1681 à février 1722.

 

Louis Joseph de Castellane d’Adhémar de Monteil de Grignan (1650-1722), évêque de Carcassonne, s’installe à l’hôtel qu’il loue à Pierre de Roux de Montbel, syndic général de la province du Languedoc. Il en fait sa résidence à Carcassonne. L’hôtel devient effectivement le siège de l’évêché.

http://www.clg-chenier-carcassonne.ac-montpellier.fr/wp-content/uploads/chronologie-coll%C3%A8ge-2_html_134eceaf.jpg

Monseigneur Louis Joseph de Castellane

d’Adhémar de Monteil de Grignan

évêque de Carcassonne (1681-1722)

abbé commendataire de saint-Hilaire

 

 

Il avait pris comme coadjuteur son neveu, Louis-Joseph II de Châteauneuf de Rochebonne, alors aumônier du roi et doyen de l'église de Lyon et qui lui succédera d'ailleurs au trône d'évêque 

Réchard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou dictionnaire universel [...] des sciences ecclésiastiques, Paris, 1827, t. 7, p. 215

 

Louis-Joseph, « le plus joli abbé de France » selon la célèbre épistolaire, était le fils de Louis Gaucher Adhémar, comte de Grignan (v. 1599-1668), maître de camp du régiment d'Adhémar et de Marguerite d'Ornano (morte en 1655)

 

La baronnie de Grignan, dans la Drôme, avait été érigée en comté par lettres patentes de juin 1558 en faveur de Louis d'Adhémar de Monteil, ambassadeur de France en Allemagne.

Iconographie 

Plusieurs portraits du prélat ont été réalisés et sont conservés actuellement, pour les principaux d'entre eux, au musée des beaux-arts de Carcassonne.

 

Ils sont tous malheureusement anonymes.

 

L'un d'eux, cependant, peut-être attribué à Hyacinthe Rigaud  

Huile sur toile ovale. H. 76 ; L. 61. Carcassonne, musée des Beaux-arts. Inv. N° D. 988.1.39. Dépôt de l’hôpital de Carcassonne, le 10 mars 1988. Cat. du musée 2004, no 150,p. 83, ill. p. 82.

 

En effet, dans les livres de comptes du peintre, on sait que l'artiste a peint un tel portrait, en buste valant 115 livres en 1690

  J. Roman, Le Livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 23 : « M. l’évesque de Carcassonne »

 

 

Bibliographie 

  • Catalogue des Peintures de l'école française. 17e et 18e siècles. Musée des Beaux-arts de Carcassonne, Carcassonne 2004.
  • Abbé Léon Charpentier, Un évêque de l'ancien Régime, L.A. de Grignan, Paris, 1899.

00:00 Publié dans 1681, Carcassonne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 18 décembre 2016

18 décembre 1638: Mazarin devient le principal conseiller de Richelieu

Mazarin devient le principal conseiller de Richelieu à la mort de François Joseph Le Clerc du Tremblay, marquis de Maffliers, dit le Père Joseph (1577-1638)

260px-Pere-joseph.gif

François Leclerc du Tremblay

plus connu sous son nom en religion Père Joseph

Ordre des frères mineurs

   

(04 novembre 1577 - 18 décembre 1577 à Rueil à l'âge de 61 ans)

est l'éminence grise du cardinal de Richelieu lui-même appelé « Éminence rouge »Gérôme_Eminence_grise_1873.jpg

L'Éminence grise de Jean-Léon Gérôme

00:00 Publié dans 1638, Décembre, Mazarin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

samedi, 17 décembre 2016

17 décembre 1697: Le conseil du roi

Le 17 décembre 1697, le conseil du roi supprime la capitation qui avait été instaurée près de trois ans auparavant, le 18 janvier 1695.


Cet impôt avait été institué pour soutenir l'effort de guerre.

Ci-dessous, Conseil tenu par le roi Louis XIV, par Sébastien Le Clerc l'Ancien.
© RMN-Grand Palais (Château de Versailles).

15390701_1402715713086289_361138072553810830_n.jpg

 

13:44 Publié dans 1697 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

17 décembre 1638: A Saint-Germain

Saint-Germain

La famille royale reçoit le cardinal de Richelieu

A cette occasion, a lieu une concertation sur la protection de la santé du Dauphin et le choix de ses nourrices

 

L'Orléanaise Elizabeth Ancel, 1ère nourrice de Louis XIV

47_20081017102117.jpg

Le futur Louis XIV dans les bras de sa nourrice, dame Longuet de la Giraudière

 

Guillaume Ancel, seigneur de Morchesne, conseiller et maître d’hôtel ordinaire du roi, épouse Anne Borreau-Fortin le 16 septembre 1595, en la paroisse Saint-Michel, à Orléans.

 Elisabeth Ancel, épouse Longuet de la Giraudière, le 8 juin 1612 en la paroisse de Saint-Pierre-Lentin, à Orléans est choisie comme première nourrice de Louis XIV, né le 5 septembre 1638.

Au-delà de considérations esthétiques, d’hygiène, de bonne santé et bonnes mœurs, le choix se porte sur cette jeune femme pour deux raisons  :

- le père de Jean Longuet, François, est cousin germain de Jacques Lhuillier, lui-même cousin germain de Marie Touchet, ancienne amie du roi Charles IX, dont la fille, Henriette de Balzac d’Entragues devint la maîtresse d’Henri IV.

- Jacques Lhuillier est le petit neveu de Jeanne Lhuillier, épouse de Jacques Boucher, trésorier du roi, qui accueillit Jeanne d’Arc à Orléans, en 1429.

Elle fut choisie le 01/09/1638 comme 1ère nourrice du dauphin, futur Louis XIV, mais ne l'allaita que 3 mois, n'ayant pu supporter la fâcheuse manie des Bourbons de "manger les tétins de leurs nourrices".

Elle fut remplacée par Perrette DUFOUR, femme d'Etienne Ancelin, voiturier de Poissy, qui nourrit l'enfant royal jusqu'à son sevrage et continua à jouir de la pension accordée aux nourrices des enfants de France.

 

La nourrice Elisabeth Ancel, femme de Jean Longuet, écuyer, Seigneur de la Giraudière et procureur du Roi au bureau des finances de la généralité de la ville d’Orléans, assise sur une chaise, est coiffée en cheveux, le sein nu, elle est vêtue d’une robe jaune paille relevée de dentelles.

Elle tient dans ses bras l’enfant royal emmailloté, qui porte au cou le cordon du Saint-Esprit.

Le jeune dauphin si sage en cette scène, faisait preuve d’une belle voracité, au point que l’ambassadeur de Suède conseillait aux voisins de la France de se « précautionner » d’un tel appétit. Huit nourrices se succédèrent après la dame de la Giraudière.

 

Perrette Dufour

2ème Nourrice du roi Louis XIV et première femme de chambre de la reine

  • Née en 1618 à Montesson (Yvelines)
  • Décédée le 7 octobre 1688 à Paris 3° à l'âge de 70 ans
  • Inhumée en octobre 1688 à Gournay-sur-Marne (Seine-et-Marne)
   

 

 

« Le vingt Fevrier 1634 Estienne Ancelin et Perrette Dufour tous deux de cette paroisse ont été mariés dans l’eglize de Montesson presents leurs parents et amis ».

C’est sans doute après la naissance de son enfant Michel, que Perrette devint la nourrice du futur Louis XIV; le dauphin naquit le 5 septembre 1638 à St Germain en Laye et nous savons que Perrette le nourrit à partir du sixième mois et jusqu’en 1640.

Outre la pension affectée aux nourrices des enfants de France, Louis XIV donna à Perrette une propriété à Montesson et la somme de 12 000 livres. Cette demeure à Montesson, dite « la maison au balcon », au 40 Bd de la République (ex rue de l’église) n’existe plus.

A Montesson, Perrette laissa un souvenir marquant. Elle fit restaurer l’église et orner le maître-autel d’un splendide panneau de bois sculpté, au fronton duquel rayonne un soleil, emblème du roi.

Elle quitta Montesson en 1674, pour aller vivre avec son fils, au château de Gournay-sur-Marne. En effet, son fils Louis Ancelin, nommé contrôleur général de la maison de la reine Marie-Thérèse, se maria en 1674 avec Marie Le Vassor de Château Gournay, fille du dernier seigneur, qui lui apporta en dot la terre de Gournay. Perrette était veuve depuis six ans. Elle se plut tout de suite à Gournay où elle s’installa. En 1680, Louis Ancelin faisait abattre le château primitif et construire à proximité, juste en face du pont, celui qui existe encore aujourd’hui et qui est devenu la mairie de Gournay-sur-Marne.

En 1694 à la mort de Louis Ancelin, sa veuve et ses enfants, par arrêt du 10 novembre 1694, reçurent 2 000 livres de pension; Sa veuve vendit la château en viager et , respectant les dernières volontés de son mari, le fit enterrer auprès de sa mère.

A propos de l'église de Montesson


 

L’église menaçant ruine, Pérette Dufour, montessonnaise, nourrice du roi Louis XIV, s’est vue accorder le 5 décembre 1662, la permission de rebâtir à ses frais et dépens l’église du lieu de Montesson (ce qui stipulait la destruction de l’ancienne).

L’église fut donc construite entre 1662 et 1676. Ce fut le curé Isaac Passay qui bénit la première pierre et également l’édifice après son achèvement. A cette date remonte l’installation d’une horloge-pendule au clocher.
Vers 1695, Claude Dodieu, seigneur de La Borde, fit élever la chapelle sud, actuelle chapelle du Saint Sacrement. La chapelle nord, elle, est dédiée aux Saints martyrs Côme et Damien.

Acte de décès


 

« Ce jourdhuy jeudi septieme jour du mois d’octobre mil six cent quatre ving et et huit est decedee a midi a paris rüe bar du bec paroisse de saint Mederic noble Dame Perrette du four, native de Montesson ; veuve de feu Estienne Ancelin natif dudit Montesson, Escuyer, Controlleur General de la maison de la feüe Reine ; restauratrice et bienfaictrice de l’eglise paroissiale de notre dame dudit Montesson ; et bienfaictrice et protectrice de la paroisse ; nourrice de notre Incomparable et invincible Monarque a présent régnant. Le cœur de la dite Dame nourrice du roy repose a saint Médéric, et son corps dans l’eglise paroissiale de Gournay diocese de paris »

Le jeune dauphin, réputé pour sa voracité, épuise ses nourrices.

Huit nourrices succédèrent à Elisabeth.

 

17 décembre 1638: Bernard de Saxe-Weimar

17-19 décembre 

BernhardSachsen.jpg

Bernard, duc de Saxe-Weimar

Bernard de Saxe-Weimar prend Brisach et contrôle toute l’Autriche antérieure

600px-Blason_Thann_68.svg.png

Carte de l'Autriche antérieure après la perte de l'Alsace en 1648

a, b, c, d, e, f et g Émile Charvériat, Histoire de la guerre de trente ans, 1618-1648 : Période suédoise et période française, 1630-1648, vol. 2, E. Plon et cie, (présentation en ligne [archive])

http://www.archive.org/stream/histoiredelaguer02char#page...

00:00 Publié dans 1638, Batailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |