Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 05 septembre 2017

05 septembre 1688: Versailles

Dimanche 5 septembre 1688

 

à Versailles

 

Le roi a donné au marquis de Tilladet le gouvernement de Cognac qu'avoit M. d'Aubigné; il vaut 12,000 livres de rente. 

 

 

On a arrêté le maître d'hôtel et un valet de chambre de M. le nonce pour leur faire le même traitement qu'on fera, à Rome, à ceux de M. de Lavardin.

00:00 Publié dans 1688, Septembre, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

05 septembre 1687: Versailles

 

Lundi 5, à Versailles. 

 

Le roi dîna à son petit couvert, et alla tirer.

 

Monseigneur se promena avec madame la princesse de Conty.

 

M. de Saint-Pouanges partit pour aller en Allemagne faire assembler toutes les troupes destinées à secourir Mayence, et pour donner les ordres pour qu'ils aient en abondance tout ce qui leur est nécessaire. 

 

M. le comte d'Auvergne s'est trouvé mal; il a été obligé de quitter l'armée pour s'en aller à Strasbourg.

 

Le duc de Duras y a la petite vérole, et le maréchal son père ne se porte pas trop bien. 

 

Les nouvelles qu'on a d'Irlande confirment toujours le mauvais état où sont les affaires du roi d'Angleterre.

 

Le général-major Kerk a défait une partie de ses troupes, et Maccarthy a été pris. 

 

On a avis que M. le duc d'Hanovre donne à M. de Lorraine 6,000 hommes pour continuer le siège de Mayence, et qu'il vient lui-même à la tète de ses troupe?

 

On a envoyé au roi un plan des attaques de Mayence, par où il paroît que les ennemis sont au pied du glacis, et qu'ils travaillent à la sape.

00:00 Publié dans 1687, Septembre, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

dimanche, 03 septembre 2017

03 septembre 1715: A Versailles

Mardi 3, à Versailles.

— On tint deux conseils à Versailles. M. le duc d'Orléans n'appela à ces conseils que les ministres du feu roi. Les gens qu'il avoit nommés dans son testament pour être du conseil de la régence sont: M. le duc d'Orléans comme chef du conseil, M. le Duc quand il aura vingt-quatre ans accomplis, M. le duc du Maine, M. le comte de Toulouse, du chancelier de France, [sic] duchef du conseil royal, des maréchaux de Villeroy, de Villars, d'Huxelles, de Tallard et d'Harcourt, des quatre secrétaires d'État et du contrôleur général des finances. Il nomme pour gouverneur du nouveau roi le maréchal de Villeroy, et s'il meurt pendant la minorité du roi il nommoit en sa place le maréchal d'Harcourt. Il nommoit aussi par le testament M. le comte de Toulouse pour avoir la même autorité et remplir les mêmes fonctions auprès du jeune roi que M. le duc du Maine, en cas qu'il vint à mourir pendant la minorité. Tout cela est expliqué plus en détail dans le testament, dont on trouvera la copie à la fin de ce livre et celle du codicille par lequel l'évêque de /

Fréjus, qui s'est démis depuis quelque temps de l'évêché et à qui on a donné une belle abbaye à la place, est choisi pour précepteur du jeune roi, et M. de Saumery le père et Jeoffreville pour sous-gouverneurs.

00:00 Publié dans 1715, Dangeau, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |

vendredi, 01 septembre 2017

COUCHER DU ROI

COUCHER DU ROI

Le bougeoir

Capture.PNG

Lors du Grand Coucher, tenir le bougeoir devient «service d’honneur»


Louis XIV fut attentif à n’accorder cette distinction qu’aux princes, grands seigneurs et ambassadeurs étrangers ou tous autres courtisans ayant le droit d’assister à cette cérémonie et qu’il voulait distinguer.

L’heureux élu franchit la balustrade et reçoit le bougeoir des mains du premier valet de chambre de quartier.

Ce cérémonial s’instaura aux couchers des autres membres de la Famille Royale, avec cette nuance que seul le bougeoir en vermeil du Roi était à deux bobèches.

samedi, 06 mai 2017

06 mai 1682: Le roi de France Louis XlV déménage

 

6 mai 1682

Versailles, capitale du royaume

A82F3C18-A464-8430-CBA2-C2E0F358E938File.jpg

Annoncé en 1678, Versailles devient officiellement le siège du gouvernement le 6 mai 1682.

Décision qui en fait la capitale du royaume jusqu’en 1789.

Elle confirme surtout l’attachement du Roi pour Versailles au grand dam de Colbert qui le voulait à Paris.

Le chantier versaillais ne fait que commencer !

« Il aimait cette maison avec une passion démesurée », note en 1682 le marquis de Sourches à propos de Versailles. Le fait est que Louis XIV n’aime pas Paris !

Depuis son enfance, il craint cette ville qu’il dut quitter précipitamment en 1649 pour échapper à la Fronde.

Colbert a beau réaménager le Louvre et les Tuileries, le roi ne se sent bien qu’à Versailles.

Libre de toute construction − hormis le modeste village qu’il fera raser −, il peut laisser libre court à son goût des bâtiments.

L’endroit est à la mesure de ses ambitions.

Outre un vaste palais et de splendides jardins, il pourra établir une ville moderne aux grandes artères droites, larges et bien aérées.

Tout le contraire de ce Paris insalubre, confiné dans son enceinte.

Sa décision est prise: en juin 1678, il annonce son intention de transférer en 1682 le gouvernement à Versailles.

Le roi a alors 40 ans.

Il est au faîte de sa puissance: il s’apprête à signer, avec la Hollande, le traité de Nimègue.

De 1678 à 1682, Louis XIV fera bâtir plus qu’en 20 ans de présence!

Pour loger le gouvernement et sa famille, il commande à Hardouin-Mansart la construction des ailes des Ministres (1678-79) et de l’aile du Midi (1678-82), laquelle entraîne celle de l’Orangerie.

Il fait transformer la cour de Marbre et réaliser la galerie des Glaces. 1678 marque aussi le creusement de la pièce d’Eau des Suisses pour servir l’établissement d’un vaste potager à proximité confié à La Quintinie.

Les travaux se poursuivent à marche forcée: en 1679, Mansart entame la construction des Grande et Petite Ecuries.

En 1680, Le Nôtre réaménage la grande perspective des jardins avec le Tapis vert.

Pour loger la domesticité du Roi, le Grand Commun est érigé en 1682.

Louis XIV voit toujours plus grand: il décide la construction d’une nouvelle chapelle (1689-1709).

Suivront, en 1683, une nouvelle Surintendance pour ses bâtiments et, en 1685, la construction de l’aile nord pour y loger la Cour.

Plus de 36 000 ouvriers œuvrent alors au chantier versaillais.

Des sommes considérables sont engagées qui aboutissent au Versailles que nous connaissons.

Telles sont les conséquences de 1682.

 


C'est le grand jour !

Pendant tout le temps de la construction de Versailles, la cour n'a pas cessé d'aller de Saint-Germain à Vincennes ou aux Tuileries.

Les travaux ont commencé en 1661 sous la direction de Le Vau puis, après 1676, sous celle de Jules Hardouin-Mansart.

Le Brun, premier peintre du roi, assure la décoration.

Le Nôtre ordonnance les jardins.

La noblesse et les gens de la cour suivent le Roi dans ce grand déménagement.

00:00 Publié dans 1682, Mai, Versailles | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | | |